Algérie: Exportations - L'ANCA plaide pour des conventions avec les pays africains limitrophes

ALGER -L'Association des commerçants et des artisans algériens (ANCA) a appelé, mardi à Alger, le gouvernement à conclure des accords bilatéraux avec les pays africains limitrophes pour accompagner et protéger les exportations et garantir l'acheminement des marchandises aux pays réceptifs dans les meilleurs délais.

S'exprimant à l'occasion de l'installation de la commission nationale du commerce extérieur au sein de l'association, les exportateurs ont soulevé les contraintes qui entravent l'acheminement de leur marchandise par voie terrestre, qui doit transiter nécessairement par un pays limitrophe.

Le président de la nouvelle commission, M. Cherif Baaziz, a cité entres autres les entraves relatives à l'exploitation de certains produits sensibles vers les pays de la CEDEAO (la Communauté économique des états de l'Afrique de l'Ouest ). "les produits périssables tels les fruits et légumes ou même les produits cosmétiques qui passent nécessairement par la Mauritanie, et en l'absence d'une convention sur la protection des exportations avec ce pays voisin, la marchandise traîne souvent pendant des semaines au niveau des ports avant son acheminement vers le pays destinataire", a-t-il déploré.

Selon M. Baaziz, qui est également un opérateur exerçant dans l"exportation, ces contraintes influent énormément sur la qualité des produits nationaux au niveau du continent.

Il revendique par ailleurs un soutien effectif de l'Etat pour le transport des produits destinées à l'exportation, affirmant que la subvention promise de transport de ces produits à hauteur de 50% "n'a jamais été appliquée".

A la place de cette aide logistique "qui n'existe que sur les papiers", il propose qu'un pourcentage des recettes d'exportations hors hydrocarbures soit versé aux opérateurs qui activent dans le domaine.

Ce même intervenant revendique également l'ouverture de succursales bancaires à l'étranger, notamment en Afrique pour faciliter les transactions commerciales.

Pour sa part, le président de l'ANCA, M. Hadj Tahar Boulanouar, a assuré que l'installation de la commission nationale du commerce extérieur devrait permettre à son association de renforcer davantage son rôle en tant que force de proposition pour enrichir les textes de lois relatifs aux commerce extérieur.

Par ailleurs, il a affirmé que la commission servira d'intermédiaire entre les producteurs et les exportateurs pour les aider à placer le produit algérien sur le marché africain et contribuer ainsi à la diversification de l'économie nationale.M. Boulanouar a rappelé qu'il existe actuellement plus de 3.500 importateurs dont bon nombre d'entre eux pourraient passer à l'exportation.

"Au fil des années de pratique, ces commerçants ont appris à connaître les réseaux de distributions, les marchés potentiels, ce qui peut les aider à passer de l'importation à l'exportation et nous les encourageons à le faire", a-t-il lancé à l'adresse des commerçants présents à cet évènement .

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.