Congo-Kinshasa: «B'Ados» - Koffi à la conquête d'une nouvelle génération des fanatiques

Fort de sa puissance irrésistible et percutante, la musique urbaine convainc et gagne petit à petit du terrain en République Démocratique du Congo, alors que le pays est très réputé par sa Rumba. Curieusement, cette musique dite urbaine contrôle de manière pratique la scène et fait déjà « école » avec plusieurs adeptes qui, malgré tout, n'arrivent pas aussi à la définir convenablement. Donc, le style fait rage surtout dans le milieu des jeunes.

Par sa forme et son contenu (message), certaines langues se limitent à dire tout simplement : musique urbaine ou afrobeat, c'est la "musique des jeunes". Mais, le concept nécessite une définition avant de décortiquer ses origines et sa particularité par rapport à d'autres courants musicaux existant en RDC.

Qu'à cela ne tienne, cette musique urbaine qui n'a pas une définition exacte sur le plan scientifique, parvient à coloniser même les grands esprits de la Rumba congolaise.

Le grand Koffi Olomidé est parmi les géants de la musique congolaise à être séduits et entrainés par ce mouvement. Peu avant, il a participé dans plusieurs projets de disque initiés par les jeunes artistes qui excellent en musique urbaine à Kinshasa et ailleurs. L'appétit vient en mangeant, dit-on. Par l'effet de chanter dans leurs albums, le Roi du Tcha-tcho en a aussi pris le goût jusqu'à faire une musique du genre urbaine.

Son nouveau titre « B'Ados » en est une preuve authentique. Cette chanson du moment maintient dans l'actualité et sur la scène musicale le patron de Quartier Latin. Ce nouveau son est totalement réalisé dans ce style en vogue. Soutenu par un clip tourné en partie dans un quartier périphérique de Kinshasa avec un groupe d'adolescents comme des figurants, « B'Ados » fait surtout l'apothéose dans le milieu des jeunes garçons et filles Kinois. Une vidéo dans laquelle un vieux en mode footing avec les enfants illustre la pertinence de ladite chanson qui caracole dans les différents hit-parades de musique de la planète. Pour dire que le Rambo a frappé encore à travers le nouveau son, genre musique urbaine.

Le dimanche 20 septembre 2020, « B'Ados » a été l'une des meilleures cartouches utilisées par Koffi Olomidé pour neutraliser les mélomanes qui ont répondu à son spectacle, à l'Esplanade de la Foire Internationale de Kinshasa (Fikin). Jamais son concert n'a été inondé des jeunes comme celui de la Fikin. C'était une marée humaine constituée d'un public jeune dont l'âge varie entre 14 et 18 ans. Ils ont juré de soutenir le chanteur qui jouait sa première production scénique après le confinement de la Capitale congolaise.

Un pari gagné pour le Roi du Tcha-tcho. Il a parfaitement communié avec la jeunesse.

Cependant, un point important à soulever est que la Rumba qui est sa musique de prédilection n'avait pas sa place devant la foule à la Fikin. Car, tout le monde se sentait heureux et surtout très à l'aise d'écouter la chanson «B'Ados» ou à la limite encore «Selfie» qui ont été exécutées en boucle.

Si hier, la légende Koffi Olomide ne parvenait à toucher les jeunes (adolescents) à travers sa musique, il faut dire qu'aujourd'hui ce n'est plus le cas.

Avec la révolution dans la technologie numérique, les jeunes sont devenus la principale cible de l'artiste congolais. Il s'est rapproché de cette catégorie de mélomanes en leur proposant une musique dont le contenu pas trop réfléchi et la rythmique simple rencontrent facilement leur désir sur le marché.

Donc, il s'agit d'une étude du marché bien réussie qui permet à Grand Mopao de créer une nouvelle génération de fans pour se maintenir encore et toujours sur la scène musicale.

Qui dit mieux ?

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.