Afrique Centrale: Lutte ,Covid-19 - Une opportunité pour une résolution durable des conflits armés en Afrique centrale

23 Septembre 2020

A l'occasion de la Journée internationale de la paix célébrée le 21 septembre, le Bureau Régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale, UNOCA et l'UNESCO Ont organisé une rencontre virtuelle dans le but d'accompagner la région à surmonter les effets socioéconomiques de la pandémie du Coronavirus sur la sécurité des populations des 11 pays.

« L'œuvre de construction de la paix ne peut qu'être collective » c'est par cette expression que M. Salah Khaled, Directeur du bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique centrale a introduit son propos de ce jour en s'appuyant sur la thématique de cette année : «Façonner la paix ensemble Pour le Représentant spécial du Secrétaire General de l'ONU pour l'Afrique centrale, Son Excellence, Monsieur l'Ambassadeur, Francois Lounceny Fall, « la pandémie a accentué la précarité d'une dizaine de millions de personnes en Afrique centrale ». A cet effet, il lance un appel à la mobilisation générale pour faire de la région un espace solidaire et apaisé qui sache capitaliser sur ses importantes richesses humaines et naturelles pour un développement socioéconomique durable et une prospérité pour tous. Toutefois, il déplore la résurgence d'actes terroristes contre les populations et invite au renforcement du multilatéralisme pour la préservation de la paix.

« Nous devons redoubler d'efforts pour redonner confiance aux peuples », a-t-il martelé. Le président de la Commission de la CEEAC, Gilberto Da Piedade VERISSIMO pour sa part a invité l'ensemble des acteurs de la vie politique à promouvoir la démocratie, la bonne gouvernance et les droits humains. Il faut dire qu'Au cours de cette vidéoconférence, plusieurs sessions ont été animées par des experts. La première session s'est focalisée sur la diplomatie au service de la paix. Le premier orateur, Dr Christian POUT, Ministre Plénipotentiaire, Président de la Think Tank CEIDES au Cameroun a rappelé que le Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres a appelé à un cessez-le-feu mondial et immédiat du fait de la pandémie COVID-19. La deuxième intervention a été celle du Directeur des affaires politiques de l'UNOCA, M. Samuel GAHIGI, orientée sur « la diplomatie préventive et les médiations pendant la pandémie de la COVID-19 ». Pour lui, la pandémie n'a pas remis en cause la diplomatie préventive. Par ailleurs, il a souligné l'importance d'impliquer les acteurs locaux dans la diplomatie préventive.

La diplomatie préventive consiste en la prise des mesures diplomatiques pour empêcher des différends de dégénérer en conflits et pour limiter la propagation des conflits lorsqu'ils éclatent. La manifestation la plus fréquente de la diplomatie préventive se concrétise dans les efforts que déploient les agents diplomatiques envoyés dans des zones de crise pour encourager le dialogue, l'adoption de compromis et le règlement pacifique des tensions.

La troisième et dernière présentation était celle du Général Marcel Yves MAPANGOU MOUSSADJI, Coordonnateur du Programme Frontière de la CEEAC. Il a mis l'accent sur la paix par la coopération transfrontalière au travers de la mise en œuvre de la Convention de Niamey, en Afrique centrale. Selon le Général, la coopération frontalière est tout acte ou toutes politiques visant à promouvoir et à renforcer les relations de bon voisinage entre communautés frontalières.

Notons que Selon l'indice mondial de la paix (IMP), la paix a reculé dans le monde et la tendance étant la même en Afrique centrale. Sur ses 11 pays, un seul est considéré par l'IMP comme pacifique et quatre sont présentés comme moyennement pacifiques alors que deux sont dits instables.

Le défi majeur auquel sont confrontés actuellement les acteurs politiques en Afrique centrale est de faire taire les armes.

Les conflits étant exacerbés par la COVID-19'a rappelé le Directeur régional de l'UNESCO pour l'Afrique centrale, Salah Khaled au cours de cette vidéoconférence visant à « façonner la paix ensemble » qui a réuni 71 participants.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.