Burkina Faso: Le CFOP se préoccupe des enfants déplacés internes

La rentrée scolaire le 1er octobre 2020 a été l'un des sujets retenus par le Chef de file de l'opposition politique au Burkina Faso (CFOP/BF) le 22 septembre lors de son hebdomadaire point de presse. Pour les animateurs de ce rendez-vous avec les hommes des médias qu'ont été Yumanli Lompo du Parti national des démocrates sociaux (PNDS) et Abdoulaye Arba du Parti des militants pour le peuple (PMP), il incombe au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour la scolarisation des enfants déplacés internes.

A une semaine de la rentrée scolaire, le sujet est sur toutes les lèvres. Du côté de l'opposition politique, les politiciens ont une pensée particulière pour les enfants déplacés internes du fait des attaques terroristes. Pour le CFOP, la réouverture des 4 000 classes fermées ou détruites est non négociable. Il incombe au gouvernement de prendre des mesures à cet effet.

La rentrée pédagogique, c'est le 1er octobre. Et pour une réussite de l'année scolaire 2020-2021, l'opposition suggère au gouvernement de changer son approche avec les syndicats de l'éducation. « Le gouvernement doit essayer cette fois-ci la carte de la franchise, de l'humilité et de l'anticipation. Il doit enfin respecter sa parole donnée et donner la considération qui sied aux métiers de l'éducation et aux conditions de travail des enseignants et des apprenants ».

Sur la question du coronavirus, Abdoulaye Arba du Parti des militants pour le peuple (PMP) a demandé au gouvernement de préparer un plan de riposte en lien avec la reprise des cours pour éviter la situation vécue par les élèves de l'ENAM (Ecole nationale d'administration et de magistrature) en service militaire à Bobo- Dioulasso.

Autre sujet, à Nagré dans le Gourma, des populations ont pris d'assaut le gouvernorat de l'Est le 17 septembre dernier suite à l'assassinat de trois Volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Ces populations sont venues au gouvernorat avec les corps, selon le gouverneur, pour montrer ce qu'elles endurent au quotidien dans leur localité.

Pour l'opposition, l'acte posé par les habitants de Nagré résume l'abandon dont ils sont victimes de la part du pouvoir en place. «C'est un acte lourd de sens qui doit faire réfléchir le régime du MPP, plus préoccupé par la reconquête du pouvoir que par la situation chaotique dans laquelle il a mis le Burkina. Les VDP doivent avoir les moyens de défense, l'encadrement nécessaire et une grande motivation pour combattre les ennemis », a martelé le président du PMP pour conclure.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.