Cote d'Ivoire: Yao Noël, président de l'U.J.P.l.A - "Les ponts ne doivent jamais être coupés entre tous les maillons ou intervenants de la chaine parlementaire"

M. Yao Noel, Journaliste, Président de l'Union des Journalistes de la Presse Libre Africaine (U.J.P.L.A.) a fait une communication sur le Thème:

« Presse parlementaire en Afrique : Enjeux pour une communication parlementaire réussie », le vendredi 18 septembre au Sénat -Fondation Félix HOUPHOUET Boigny à YAMOUSSOUKRO lors d'un Atelier organisé par cette institution . Voici le texte de cette intervention

« Mesdames et messieurs les responsables du Sénat, seconde et haute chambre du parlement, désormais bicaméral de notre pays,

Mesdames et messieurs les Sénateurs,

Chers amis de la grande famille de la Communication,

Monsieur Michel Koffi, chef du cabinet du Président du Senat, merci de tant de fraternité, d'amitié à mon égard, Merci surtout d'avoir pensé à notre jeune organisation panafricaine l'Union des Journalistes de la presse Libre africaine ( UJPlA) à travers ma modeste personne et de nous avoir associé à cette réflexion sur la communication parlementaire

Invité donc à parler de la communication parlementaire et des enjeux qu'elle présente, je voudrais, d'abord et sans vous lasser ou trop ennuyer, dire un mot rapide de mon propre entendement de ce qu'est la communication parlementaire.

De façon presqu'évidente voire lapidaire, nous répondrions qu'il s'agit, bien naturellement de la communication relative au parlement bien sûr, mais, cette réponse sibylline voire expéditive n'épuise ni ne répond à la préoccupation fondamentale dont il est question dans ce bref exposé :

Si donc, la communication parlementaire est celle du parlement, comment donc s'organise- t-elle ? Comment se décline-t-elle ? Comment s'articule-t-elle pour être « voyante », lisible, efficace, utile et surtout efficace et bénéfique ?

Pour y répondre, il convient, à mon avis, de dire un mot et de rappeler la mission du parlement dans le système social et politico-institutionnel ivoirien

En un mot, pour savoir quels sont les axes et enjeux de la communication parlementaire, je juge bon de dire un mot sur le parlement, en clair et, dans notre langage simple d'ici : le parlement, le Senat que je traiterai presqu'exclusivement ici, fait quel travail ?

Ce n'est pas à vous fonctionnaires et responsables du Senat ivoirien que je vais maintenant l'apprendre.

Le Senat, je pense qu'on l'a dit et répété depuis hier, en ces lieux, a un rôle législatif qu'il partage avec l'Assemblée Nationale, de contrôle de l'action gouvernementale

Assurant avec l'Assemblée Nationale, ce qu'on nomme « la représentation nationale », le Senat est donc aussi, « la voix de la nation » à travers pour ce qui le concerne, les collectivités territoriales

Si donc et assez schématiquement tels sont la mission et le rôle du Senat, la problématique de la communication parlementaire et des enjeux qu'elle peut susciter, restera de savoir comment, d'une manière interactive, se font ou peuvent se faire les échanges entre le mandant, le peuple à travers les collectivités territoriales et le mandataire qu'est l'institution parlementaire du Senat? Comment le message circule entre le peuple, surtout des collectivités vers le Senat ? Et, en sens inverse, comment « descend » le message vers la base? Quels sont les mécanismes ? et les moyens pouvant être mis en œuvre pour permettre et favoriser cette circulation du message entre les deux types d'émetteurs et de récepteurs à la fois?

Ce type de communication se veut global, par tous moyens, aussi bien par la presse classique, aujourd'hui les medias sociaux, les contacts directs entre parlementaires et les populations, etc.

Les enjeux eux-mêmes, sont aussi, ici, à définir car il ne s'agit pas de représenter le peuple pour tout simplement le représenter : Il s'agit de le représenter dignement, de faire et bien faire son travail. Défendre les intérêts du peuple s'avère une question très vaste, allant du vote des lois pour favoriser le progrès et impulser le développement pouvant impacter positivement sa vie et son bien-être en créant un cadre normatif, juridique, humain approprié.

A ce niveau, les moyens de communication peuvent informer et agir pour porter témoignage des aspirations populaires et contribuer à les soulever et faire davantage connaitre aux mandataires que sont les parlementaires. Il s'agira de faire connaitre les aspirations de nos collectivités au Sénateur pour qu'il s'en inspire dans les procédures d'élaboration des lois et en sens inverse, expliquer aux populations les efforts et actions des sénateurs pour que nos concitoyens en soient davantage informés et formés . Le contrôle de l'action gouvernementale est aussi un moment et un « lieu » où les communicateurs peuvent et doivent agir pour informer de part et d'autre du corps social. Tel projet gouvernemental mal conçu, mal élaboré et mal effectué, il est évident que les séances d'écoute du Senat, peuvent servir de moments et lieux d'échanges afin que, d'une part, les sénateurs puissent eux-mêmes, être informés et aussi, se faire l'écho des préoccupations des populations. Bien rapportes, couverts par les medias, ces temps forts du contrôle exercé par le parlement, sont bénéfiques pour une bonne circulation de l'information du sommet à la base et de la base au sommet.

En plus de ses supports déjà existants, le Senat ivoirien, à l'instar de ce qui se passe sous d'autres cieux, se doter, pourquoi pas, lui aussi, d'une chaine de télévision comme Public Senat en France ou LC PAN la Chaine publique de l'Assemblée Nationale française qui permet à un plus grand nombre de citoyens de suivre les sessions et les travaux. Dans un premier temps, on pourrait envisager ici cela par Internet car de plus en plus de compatriotes sont accrochés à Internet et aux Réseaux Sociaux. Ainsi on pourrait proposer et développer une communication de source et de proximité.

Les conférences, réunions, conférences de presse du Senat , les enquêtes et les dossiers des journaux peuvent aussi être des moyens d'information et des lieux d'échange pour toujours se mettre en phase et au diapason de ce à quoi aspirent les populations et concrètement, ce que fait ou peut faire le Senat, dans une optique interactive et dynamique ? Du Senat vers les populations et des populations et du pays profond et réel pour remonter jusqu'au sommet, telle est la vraie et interactive approche à effectuer

En réalité, ce dont il s'agit dans la communication parlementaire vue sous l'angle efficace et bénéfique, c'est véritablement de faire en sorte que les ponts ne soient jamais coupés entre tous les maillons ou intervenants de la chaine parlementaire, du peuple souverain à la représentation nationale dont le Senat est, de nos jours, une institution essentielle et primordiale. Dans le cas spécifique de notre pays où tous les procès d'intention et amalgames trop faciles, un travail efficient devra être fait pour expliquer davantage à nos compatriotes l'utilité du Senat dans notre nouveau système bicaméral ou bicamériste car trop d'ivoiriens se sont laisser aller et convaincre de l'inutilité, selon eux, du sénat qu'ils dépeignent comme une institution de trop, superfétatoire voire budgétivore. Il va falloir inverser cette fâcheuse tendance qui emporte légitimité et efficacité de la communication sénatoriale elle-meme

Pour réussir vraiment cette interaction, il est important aujourd'hui que le Senat , sans donner le sentiment pas toujours agréable et accepté par les journalistes, de vouloir les régenter, d'avoir des envoyés spéciaux ou correspondants permanents qui connaissent les enjeux, les arcanes et les procédures de l'institution. Ce séminaire est bienvenu pour asseoir au sortir d'ici un RESEAU DE JOURNALISTES ACCREDITES AU SENAT. J'appelle, moi aussi, cela de tous mes vœux pour faciliter la visibilité, voire la lisibilité institutionnelle du Senat

De même, des journées porte ouvertes intermittentes, des échanges et rendez-vous citoyens, des conférences de presse à intervalles réguliers, des réunions délocalisées du Senat, à concevoir et organiser, sur le territoire national auprès des collectivités territoriales qui en constituent le principal centre d'intérêt, peuvent figurer au nombre des initiatives et innovations pour une communication parlementaire réussie, ainsi que le suggère votre thème.

Enfin, des moments d'échange peuvent et doivent pouvoir être organisés à travers le site web du Senat et à travers les medias et réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc) , je le redis , aujourd'hui très en vogue et très suivis par le public, notamment les populations jeunes et moins jeunes pour qui existe et travaille le Senat, composante fondamentale, je le répète de la vie et de la Représentation nationale .

Je n'ai pas le sentiment d'avoir tout dit ou d'avoir valablement répondu à vos attentes tant l'éventail est grand, vaste et la communication parlementaire, elle-même mouvante, évolutive .

Mais, une communication réussie n'est-elle pas d'abord et avant tout, celle qui repose sur l' échange et le partage ?

Voilà la transition toute trouvée pour amorcer nos échanges. C'est dire que les débats qui vont suivre, à présent, pourraient nous permettre d'approfondir certains aspects et préciser et éclairer certaines zones d'ombre.

Je vous remercie de votre aimable attention ... . ».

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.