Madagascar: Assassinat de Danil Radjan - L'examen des indices glanés en cours

L'enquête ne fait que commencer, selon la police au sujet de l'assassinat du quinquagénaire Danil Radjan. La famille demande à ce que les auteurs soient arrêtés et punis.

Du grain à moudre. Saisie de l'enquête sur le meurtre prémédité de Danil Radjan, un père de famille français d'origine indienne, la brigade criminelle de troisième section travaille maintenant sur les indices recueillis lors du constat de samedi. Il est trop tôt pour conclure quoi que ce soit sur cet assassinat monstrueux.

« Nous vous le communiquerons dès que nous aurons de nouvelles, mais là, nous analysons toujours tout ce que nous avons trouvé. Nous n'avons encore rien à dire », exprimait le directeur de la police judiciaire, le contrôleur général de police Hajanomena Fanja Razatovo, hier.

De son côté, la famille endeuillée alerte les responsables de sécurité dont le secrétariat d'Etat chargé de la Gendarmerie nationale et le ministère de la Sécurité publique pour que les investigations menées permettent réellement de faire la lumière sur l'affaire. Elle serait prête à collaborer pour y parvenir.

Inexpliqué

Selon les informations, les proches de la victime auraient déjà des suspects. « C'est pour cette raison qu'on doit se protéger. On a même engagé des gardes du corps. Nous pensons rencontrer bientôt la presse », ont-ils indiqué.

Danil Radjan habitait à La City Ivandry. « Samedi soir, on avait remarqué l'arrivée de sa voiture. Pourtant, il n'est jamais monté chez lui après cela. Vers 19h45, son corps sans vie a été retrouvé sur l'escalier, dans le sous-sol du parking du centre commercial », d'après les témoignages signalés.

Le défunt était le frère de Moustapha Ameralli Alibay Radjan qui était victime d'une terrible fusillade le lundi 13 novembre 2017, du côté d'Ambatobe. Ce crime atroce visant à tuer Moustapha demeure à ce jour inexpliqué. Deux inconnus à moto avaient tiré sur lui.

Les deux Radjan ont déjà été pris pour cibles d'une série de tourmentes judiciaires. Des individus, « leurs adversaires », avaient même signalé aux autorités qu'ils confectionnaient des bombes artisanales, des faits qualifiés d'atteintes à la sûreté intérieure de l'Etat, et pour lesquels Danil devait purger deux années de prison à la maison de force de Tsiafahy.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.