Madagascar: Sénatoriales - Le Conseil d'État déboute le KMF-CNOE

Les juges du Conseil d'État ont donné suite aux requêtes déposées par le KMFCNOE au sujet des sénatoriales. La demande de la société civile a été rejetée.

Incompétent. Le Conseil d'État a utilisé ce terme dans son verdict pour répondre au KMF-CNOE à la requête déposée en vue de demander l'annulation du décret de convocation du collège électoral aux élections sénatoriales du 11 décembre. Le même verdict a été également proclamé sur l'autre requête pour sursis à exécution de cet acte émanant du gouvernement.

La société civile a été donc débouté de son intention de s'opposer aux sénatoriales de décembre. Des décisions qualifiées par le KMF-CNOE de « défavorables » puisque la situation donne la faveur « au développement de l'illégalité dans ce pays », explique le président national Andoniaina Andriamalazaray, joint au téléphone. « Plusieurs dispositions constitutionnelles ne sont pas respectées sur la tenue des sénatoriales. La date du 11 décembre qui tombe pendant la saison des pluies n'est pas conforme aux textes électoraux », ajoute le président national.

Le Conseil d'État a été saisi des requêtes aux fins d'annulation des sénatoriales. La période du scrutin constitue déjà une violation des dispositions prévues par les textes en vigueur du fait qu'elle entre dans la saison des pluies, estime le leader du KMF-CNOE.

Faisabilité

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a proposé la date des élections sénatoriales et le gouvernement a validé. La faisabilité des élections ne pose aucun problème en termes de financement et de préparatifs, selon la version de l'Institution d'Alarobia.

La confection de la liste des grands électeurs ouvre des débats dans la sphère politique. Le processus non bouclé des élections des maires et conseillers suscite beaucoup de critiques dans les rangs des formations politiques. Les points de vue divergent sur sujet. Le nouveau vice-président de la CENI, Narcisse Benaivo Andrianaly a soutenu que «la liste incomplète du collège électoral ne heurtera pas les sénatoriales. Certaines communes n'auront pas d'électeurs mais cela n'empêche pas le scrutin d'avoir lieu ». Le KMFCNOE ne partage pas cette position. D'après la société civile, ce qui compte en matière d'élection c'est le respect du principe démocratique mais non pas les résultats. Les élections devraient tenir en considération le droit de vote des citoyens.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.