Madagascar: Danil Radjan - Réquisition de sa puce téléphonique

Toutes les pistes ne semblent pas être écartées par la brigade criminelle pour l'enquête sur l'assassinat de Danil Radjan. Outre l'analyse des images de vidéo surveillance, les limiers se penchent à retracer les récentes correspondances téléphoniques de la victime.

Un croisement de ces techniques vise à élucider les circonstances et ainsi de tenter d'identifier les probables auteurs du crime. Sa famille, notamment sa femme et ses enfants, a décidé de briser le silence pour manifester sa douleur face au tragique événement qu'elle a subi. « De son vivant, des gens n'ont pas cessé de salir l'image de mon mari et des dossiers étaient montés de toutes pièces. Il a déjà été incarcéré pour des choses dont il n'était pas responsable : affaire bombe artisanale, trafics d'or et j'en passe. Malgré tout ces bâtons dans les roues, il a décidé de rester dans le pays et d'assumer sa vie, sa vie de famille. A partir du moment où il y a une élimination physique, je pense qu'ils sont allés trop loin.

Mes enfants se retrouvent sans père et moi sans époux, je ne vous décrirai pas la galère que nous subissons désormais. Nous restons solidaires, nous essayons d'être forts malgré tout » dit sa femme. Un témoignage inhabituel puisque les "Karàna" dans la capitale ont l'habitude de se taire quelque soit le choc que subit leur proche ou leur communauté. La dame, devenue veuve avec trois enfants déplore l'insécurité grandissante à Tanà et encourage les enquêteurs à aller jusqu'au bout de leur investigation, pour que justice soit faite.

Elle s'abstient de dire les éventuels mobiles du crime mais elle n'écarte pas non plus la thèse d'une vengeance ou d'un règlement de compte. Toutes les instances habilitées aux enquêtes sont maintenant saisies de cette affaire. Outre la police criminelle, la représentation française sur place est aussi informée du crime qui touche un Indopakistanais de nationalité française. Avec ces multiples saisines, la femme de Danil espère que les investigations portent leurs fruits et les autorités du pays, ou pourquoi pas des deux pays, se soutiennent pour une meilleure avancée de l'enquête.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.