Cameroun: Ngaoundéré - Rien à signaler !

Dans la région du chef-lieu de l'Adamaoua, les populations ont vaqué normalement à leurs occupations hier 22 septembre.

Ce mardi est resté une journée ordinaire dans la ville de Ngaoundéré. Les motos-taxis vont et viennent à la recherche de clients. Les commerces sont ouverts. Les marchés grouillent de monde et dans les services publics, on note que les personnels sont au travail. Dans certains carrefours, des policiers sont tout de même en poste. Mais sans un attirail particulier. Ils se contentent de diriger la circulation. En réalité, les habitants de Ngaoundéré se sentent très peu concernés par l'appel du MRC qui consiste à manifester dans les rues.

La veille déjà, le 21 septembre, le patriarche Alhadji Mohamadou Abbo avait fait une déclaration pour exhorter les populations à ne pas suivre cet appel. « Certains leaders de partis politiques de l'opposition et de la société civile appellent à l'insurrection et au renversement des institutions républicaines. Une démarche maladroite et anti-démocratique. Je vous invite au nom de la paix et de l'unité nationale à vaquer normalement à vos occupations ce 22 septembre. Nos ancêtres nous ont légué un pays en paix et uni. Travaillons ensemble pour laisser à nos enfants un Cameroun uni dans sa diversité », a déclaré l'homme d'affaires.

Cependant, même si la situation est au calme, la population de l'Adamaoua tient tout de même à être informée de ce qui se passe dans les autres régions. Entre appels téléphoniques et correspondance sur les réseaux sociaux, elle s'informe. Comme ce groupe de jeunes que nous avons rencontré au lieu dit Petit marché. « Mon cousin vit à Douala et j'échange avec lui afin de savoir comment ça va de son côté. Je regarde aussi les commentaires dans les différents groupes whatsapp et pages sur Facebook où je suis abonné pour prendre des nouvelles des autres villes », nous révèle Abbo.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.