Cameroun: Riziculture - 33,3 milliards pour densifier la production

Cet appui du Fonds international de développement agricole (Fida)va financer la seconde phase du Projet d'appui au développement des filières agricoles (Padfa II).

D'après Raphaël Biamou, président de la société coopérative avec conseil d'administration des riziculteurs de l'arrondissement de Tonga, la production des membres de cette coopérative a doublé en l'espace de trois années. « L'an surpassé, nous avons exploité une superficie de 45 ha avec des rendements de 3,5 tonnes à l'hectare. Soit une production d'environ 160 tonnes. Maintenant, nous obtenons des rendements de 4,5 à 5 tonnes à l'hectare en exploitant respectivement 65ha et 85 ha lors des deux dernières campagnes. Nous visons 100 hectares cette année avec une productivité minimale de 5 tonnes à l'hectare ». Les détails sur l'évolution de la filière rizicole à Tonga depuis 2017, au lendemain de la fin de la première phase du Projet d'appui au développement des filières agricoles (Padfa) ont concentré l'attention de la mission d'inspection, descendue sur le terrain les 17 et 18 septembre derniers.

Il en résulte que les efforts du gouvernement et du Fonds international de développement agricole (Fida), centrés sur l'organisation, la structuration et l'apport octroyé aux petits producteurs pour une amélioration de la productivité et de la compétitivité de la filière rizicole portent ses fruits. Les doléances posées par les producteurs pour une modernisation de cette filière, selon Caroline Onanina, représentante chargée du pays Cameroun au Fida et chef de cette mission, vont trouver des réponses dans l'implémentation de la seconde phase du Projet d'appui au développement des filières agricoles (Padfa II).

Grâce à un investissement de 33,3 milliards de FCFA, le Fida souhaite booster la production du riz et de l'oignon au Cameroun durant la période 2020-2026. La riziculture va bénéficier d'un encadrement de 64 coopératives de producteurs installées dans 4 régions du Cameroun. Ces producteurs vont exploiter 19 400 ha pour densifier la production et la commercialisation d'un riz compétitif made in Cameroun, afin de contribuer à une réduction de la demande nationale estimée à 300 000 tonnes et au coût d'importation d'environ 150 milliards. Un défi que veulent bien relever les riziculteurs de Tonga qui ont la possibilité de cultiver autant le riz des bas-fonds que le riz pluvial, à diverses saisons.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.