Cameroun: Scandale à la Fecakada - Le Comité olympique ouvre le dossier

Pour sa première session, le comité d'éthique de cette instance auditionne depuis hier tous les protagonistes impliqués dans l'affaire des mœurs qui secoue cette fédération.

Installé en 2016, le Comité d'éthique du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc) tient depuis hier à l'Hôtel Mont Febe, sa première session. Pour l'occasion, les membres de ce comité chapeauté par SM Din Dika Akwa III vont plancher sur l'affaire de mœurs au sein de la Fédération camerounaise de karaté. Pendant trois jours, ils vont auditionner toutes les personnes impliquées dans cette affaire. Dans son mot de bienvenue, le président de cet organe a réaffirmé son caractère autonome, sérieux, impartial, tout en assurant la conformité des décisions finales aux canons de l'éthique olympique. En effet, la protection de l'éthique et de la morale au sein du mouvement olympique camerounais fait partie des missions principales du Cnosc.

Ouvrant ces travaux, Hamad Kalkaba Malboum, président du Cnosc, a fustigé l'impact négatif occasionné par cette actualité déplorable. Une large exposition médiatique à l'origine de l'enquête administrative diligentée par le ministre des Sports et de l'Education physique et assortie de mesures conservatoires. Selon Hamad Kalkaba Malboum, « il est donc question d'entamer la procédure olympique ». Celle-ci consiste à l'examen de toutes les situations possibles de violation des principes éthiques, l'établissement des responsabilités accompagnées des propositions de sanctions adéquates, si nécessaire. Inversement, si aucune responsabilité n'est dégagée, le Comité d'éthique peut rétablir l'honneur des différents mis en cause. Sa copie est attendue ce jeudi.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.