Cameroun: Langage des signes - Il faut plus d'interprètes

La 3e Journée internationale ce jour vise à sensibiliser également sur les risques d'isolement des personnes malentendantes.

Au Cameroun, l'on dénombre plus 30 000 personnes sourdes, 300 000 autres, présentant des troubles auditifs et 10 interprètes seulement pour environ 30 000 sourds selon l'Organisation camerounaise pour le développement des sourds (Ocds). Une préoccupation majeure qui interpelle les pouvoirs publics à l'introduction du langage des signes dans l'enseignement et les services publics. D'après Claudette Mvilogo, présidente d'une association de sourds muets, ces personnes sont coupées du reste de la société du fait qu'elles n'ont pas accès à l'éducation, à l'information et à bon nombre de privilèges comme tout citoyen Camerounais. Seules des personnes intéressées à leur condition se forment afin de les aider dans la rue, dans les lieux de service ou dans les coins d'attraction. Peu de services leur sont offerts et ce, malgré la politique gouvernementale visant à favoriser l'intégration des handicapés. « Afin de favoriser le contact entre sourds et entendants, des associations comme la nôtre forment des jeunes gens dans leurs communautés, question d'avoir de plus en plus de traducteurs. De même, l'accès à l'éducation est assez coûteux. Du coup, des parents ne disposant pas des moyens nécessaires préfèrent garder leurs enfants malentendants à la maison, explique Claudette Mvilogo.

Du haut de ses 24 ans, Cécile Hélène Noutcheu, sourde-muette, peine à se déplacer sans l'assistance d'un interprète. La jeune femme doit en effet, affronter au quotidien les obstacles majeurs liés à la communication. « Pas facile pour moi de me rendre au supermarché ou à la pharmacie pour acheter un produit. Je dois toujours faire appel à un parent ou à un proche pour expliquer aux entendants ce que je veux acheter, parce que ceux-ci n'ont aucune maîtrise du langage des signes. Parfois je me considère comme une étrangère dans mon propre pays », s'indigne la jeune femme. La célébration de la 3e Journée internationale de la langue des signes ce jour, met l'accent sur la nécessité de préserver ce langage en tant qu'élément essentiel de la diversité linguistique et culturelle à l'échelle mondiale et de favoriser l'accès aux services et à une éducation de qualité dans ces langues.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.