Ile Maurice: Surplus de légumes - Les champs délaissés

23 Septembre 2020

Pomme d'amour, chou, carotte... Il y a un tel excès de légumes sur le marché que les planteurs abandonnent leurs champs.

La cultivation et la récolte sont presque la même que l'année dernière, déclare Kreepalloo Sunghoon, président de la Small Planters Association (SPA), mais cette année le Covid-19 a entraîné une baisse de la consommation dans le secteur hôtelier qui absorbe environ 25 % des légumes. Ceux-ci se retrouvent sur le marché et ont entraîné une chute des prix.

Kreepalloo Sunghoon explique : «La récolte et le transport au marché du surplus de légumes impliquent des frais supplémentaires. Avec le prix vendu au consommateur, les planteurs ne couvrent pas leurs frais et préfèrent donc les abandonner dans les champs.» Par exemple, la pomme d'amour vendue à Rs 5 la livre n'est pas rentable pour le planteur, souligne notre interlocuteur. «Ces champs abandonnés devront être nettoyés. Après ces pertes, les planteurs n'auront pas les moyens d'investir autant dans leurs cultures.»

Selon le président de la SPA, avant le Covid-19, la consommation hebdomadaire de pomme d'amour était de 300 tonnes.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.