Ile Maurice: Naufrage du Sir Gaëtan - Le capitaine Barbeau «under warning» au CCID demain

23 Septembre 2020

Le Port Master de la Mauritius Ports Authority (MPA), le capitaine Louis Gervais Barbeau a été convoqué ce jeudi 24 septembre dans les locaux du Central Criminal Investigation Department (CCID) aux Casernes Centrales pour y être interrogé under warning dans le sillage de l'enquête sur le naufrage du remorqueur Sir Gaëtan dans la nuit du lundi 31 août au large de Poudre d'Or. Trois des huit membres d'équipage y ont laissé la vie, alors que le capitaine Moswadeck Bheenick est toujours porté manquant.

Le numéro un des opérations de la MPA sera confronté aux différentes versions données par des employés, de même que celle de son numéro deux pour expliquer les circonstances de ce drame.

Le numéro 2 des operations de la MPA, le capitaine Kavidev Newoor a été lui arrêté et libéré dans la même affaire le vendredi 18 septembre. Cela après avoir payé une caution de Rs 20 000 et payé une reconnaissance de dettes d Rs 500 000. Il fait l'objet d'une accusation provisoire d'homicide involontaire par négligence.

Le Deputy Port Master est potentiellement celui qui avait donné l'ordre pour le remorquage de la barge l'Ami Constant de Pointe d'Esny à Port-Louis; exercice qui allait s'avérer tragique. Pendant cette traversée la barge a percuté le remorqueur et elle avait ainsi percé la coque du Sir Gaëtan. La salle des machines avait alors commencé à prendre l'eau au large de Poudre d'Or.

Le capitaine Bheenick a alors demandé à son équipage de quitter le remorqueur pour prendre place à bord d'un canot de sauvetage. Tandis que le capitaine était toujours à bord du Sir Gaëtan une grosse houle a projeté les sept membres d'équipage dans l'eau.

Rencontre direction-syndicat de la MPA demain

Ce drame a aussi mis en lumière les dangers auxquels sont exposés les employés du port.

«La direction de la Mauritius Ports Authority dit qu'elle veut changer les choses rapidement. Nous demandons à la direction l'ébauche des termes et conditions de tout ce qui doit être changé cette année.» Propos du syndicaliste Jean-Yves Chowrimootoo, de la MPA Maritime and Other Staff Union (MPA MOSU). Cela fait partie des multiples revendications du syndicat qui seront abordées lors d'une rencontre prévue avec la direction de la Mauritius Ports Authority (MPA), demain.

Jean-Yves Chowrimootoo précise que d'autres anomalies seront évoquées. Tout d'abord, il conteste le shift system. «C'est un shift system où ceux qui travaillent sur le remorquage sont constamment à la MPA. Enn manb inn travay enn mwa full, toulézour li dan MPA. Il n'a pas de jours de repos. Si, par exemple, il travaille depuis lundi, arrivé jeudi quand il a terminé les opérations à 7 heures du matin, il doit faire le handing over. Vendredi, il revient à 7 heures. Pendant un mois, c'est le même rythme. Si l'employé ne prend pas de congé annuel ou de maladie, il se retrouve tous les jours à la MPA», explique Jean-Yves Chowrimootoo.

Selon lui, ce shift system ne permet pas aux employés d'avoir un vrai jour de repos. «Cela contribue à mettre en danger la vie des opérateurs de remorqueur. Nous avons proposé une harmonisation du shift system où un vrai jour de repos leur sera accordé pour que le lendemain ils reprennent le travail en forme.»

Suivant le naufrage du Sir Gaëtan, la MPA MOSU, demande à l'organisme de prendre en charge les frais d'éducation pour les enfants qui ont perdu leur père en mer. «Ce ne sont que quelques millions par an. Cela permet de soutenir la famille», confie le syndicaliste. D'autres demandes d'urgences sur la sécurité seront également abordées.

Secteur portuaire: la MSC impose des frais additionnels sur les conteneurs de 20 pieds

Après avoir déserté Port-Louis comme port de transbordement, la MSC Mediterranean Shipping Company S.A. annonce des frais minimums de 300 dollars sur chaque conteneur de 20 pieds. Cette augmentation sera applicable à partir du 1er octobre sur tous les conteneurs en provenance de Chine, de Hong Kong, du Japon, de Taïwan, de la Corée du Sud, de pays de l'Asie du Sud-Est, de Madagascar, d'Afrique du Sud et de l'Est. Afzal Delbar, de l'Association des transitaires du port, souligne que c'était attendu. «C'est le coût minimum pour les conteneurs, qui sont des frais de transbordement. Car les principales compagnies ne viennent plus directement à Port-Louis ; elles viendront plus tard.» Pour ne pas retarder la marchandise, il est conseillé aux clients de commander et payer en avance leurs fournisseurs car les conteneurs mettront deux fois plus de temps avant d'arriver à Maurice. Par exemple, les commandes passées début novembre arriveront après les fêtes de fin d'année.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.