Angola: Les projets touristiques dl'Okavango en cours d'approbation

Luanda — Le président du conseil d'administration de l'Agence nationale pour la gestion de la région de l'Okavango, Rui Lisboa, a plaidé, mercredi, la nécessité d'investissements publics pour améliorer l'accès, la construction d'infrastructures et l'installation de services de base, pour rendre viables les investissements dans des projets touristiques dans la région angolaise.

Selon le responsable, qui a parlé à l'ANGOP des trois projets présentés par des entreprises opérant dans le segment de l'écotourisme, l'agence a déjà soumis une proposition de programme d'infrastructure par étapes pour démarrer le tourisme dans la région angolaise de l'Okavango.

Ce programme, a-t-il renchéri, donne la priorité à la construction des postes-frontières de Bico d'Angola et de Bwabwata, le terrassement de l'itinéraire touristique transfrontalier, qui relie les principales zones d'intérêt touristique de Bwabwata, Luiana Sede, Boa Fé et Bico de Angola et la restauration de la piste de Luiana Sede.

Les zones concernées, a-t-il dit, sont situées à proximité des frontières avec la Zambie et la Namibie, un facteur qui permet à l'Angola d'être inclus dans l'itinéraire touristique transfrontalier de l'initiative régionale Okavango Zambèze, attirant ainsi les touristes étrangers dans la région de Kaza en Angola, qui est déjà une destination touristique de référence mondiale.

Bico de Angola, Boa Fé et Luiana Sede (Jamba), dans la partie sud-est du parc national de Luengue Luiana, sont actuellement les zones les plus nobles pour attirer les investissements, en raison d'une forte concentration de faune, avec un accent sur les espèces emblématiques de la faune mondiale (éléphants, buffles, lions et léopards).

Concernant les projets présentés, Rui Lisboa a indiqué qu'il s'agissait des investisseurs angolais et étrangers qui ont exprimé leur intention d'investir dans la région angolaise de l'Okavango, ayant soumis leurs propositions à cet effet.

Selon Rui Lisboa, les hommes d'affaires sont particulièrement intéressés à investir dans la région de Bico de Angola, qui compte actuellement la plus grande concentration d'animaux sauvages, principal atout touristique.

«Ces propositions ont été soumises aux organismes chargés d'approuver et d'octroyer des concessions pour la mise en œuvre de projets touristiques dans la région angolaise de l'Okavango, l'agence étant chargée de faciliter la collaboration entre toutes les institutions publiques, qui interviennent directement ou indirectement dans la processus », a renforcé le responsable.

La région angolaise de l'Okavango a un grand potentiel touristique, englobant des portions territoriales de six provinces, à savoir Huambo, Huíla, Bié, Cunene, Moxico et Cuando Cubango.

L'Okavango représente le plus grand potentiel touristique d'Angola, compte tenu de ses richesses naturelles, culturelles et historiques, permet de créer un produit touristique riche et diversifié.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.