Tchad: Les jeunes filles toujours livrées à l'excision

(PHOTO d'ILLUSTRATION) Journée internationale de tolérance zéro des mutilations génitales féminines.
23 Septembre 2020

Ces filles doivent subir l'excision, alors très jeunes. Des associations demandent l'application de la loi et la sensibilisation.

La recrudescence de la pratique de l'excision inquiète de plus en plus. L'Eglise catholique et la Commission nationale des droits de l'Homme ont attiré la semaine dernière l'attention des autorités tchadiennes sur la recrudescence de cette pratique. L'excision est pourtant interdite par la loi.

Malgré l'interdiction de l'excision au Tchad, de nombreuses jeunes filles continuent d'être victimes de ce « crime ». Rien qu'en juillet et août 2020, plus de 200 filles ont été excisées dans les provinces du Mandoul et du Logone Oriental au sud du Tchad.

« C'était presque la mort »

Selon Blandine, élève en classe de première au lycée de Doba au Sud du Tchad, l'excision lui a été imposée par sa famille il y quatre ans. "Moi c'est par la faute de ma tante, avec la complicité de mon oncle, que j'ai été contrainte à être excisée.", détaille-t-elle.

La jeune fille condamne : "Ce qu'on nous a fait en brousse c'est carrément la mort. Ils nous ont torturé, on a perdu du sang, c'était presque la mort. Je voudrais dire à tous mes frères et sœurs qui écoutent ce témoignage de stopper l'excision car ce n'est pas une bonne chose."

Quatre ans après, Blandine continue à subir des conséquences de l'ablation de son clitoris :

"Toute fille excisée, lors des rapports sexuels, ne sent pas de plaisir comme les personnes normales. Et je suis personnellement victime parce je ne sens pas de plaisir. J'ai expliqué mes difficultés à mes amies et vous savez, entre filles on peut se dire tout. Elles ont également donné leur témoignage et finalement, j'ai compris que ce que les gens disent est vrai."

Sensibiliser les exciseuses...

Pour Agnès Eldjima, conseillère au Centre juridique d'intérêt public, une association tchadienne qui travaille avec les femmes victimes de violences, en plus de la loi il faut une sensibilisation contre cette pratique :

"Il va falloir vraiment faire une campagne auprès des exciseuses, des parents et des filles elles-mêmes, voire des chefs religieux et traditionnels. Je crois que c'est très important si on veut s'attaquer à ce mal."

"Cette pratique n'apporte rien à nos filles. La loi seule ne suffit pas, il faut aussi une sensibilisation à grande échelle.", insiste Mme Eldjima.

Selon un rapport de l'Onu, près de 80% des filles sont excisées entre cinq et quatorze ans au Tchad.

La pratique est même devenue un business pour certains parents qui manquent de moyens pour préparer la rentrée des classes de leurs filles. Ces derniers font exciser leurs fillettes pour recevoir des cadeaux et présents qui seront offerts à l'occasion de la fête organisée pour leur guérison.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.