Sénégal: Gestion des boues de vidange - L'application MyOnas pour faciliter les opérations

24 Septembre 2020

Dans le souci de mieux servir les usagers, l'Office national de l'assainissement du Sénégal (Onas) et l'Association des acteurs de l'assainissement du Sénégal (Aaas) viennent de mettre sur pied une plateforme digitale dénommée MyOnas.

Cette application mobile devrait permettre aux ménages de réduire leurs dépenses dans leurs opérations de vidange et de gagner du temps.

L'Office national de l'assainissement du Sénégal (Onas) et l'Association des acteurs de l'assainissement du Sénégal (Aaas), en partenariat avec l'Usaid, ont procédé, hier, au lancement de l'application mobile dénommée MyOnas.

Cet outil, selon le Directeur général de l'Onas, Lansana Gagny Sakho, permet de gérer les opérations de vidange dédiées au secteur privé, même si elle entre dans le Projet de structuration du marché des boues de vidange.

Au-delà du service de vidange, cette plateforme prend en compte deux autres volets, notamment la gestion des désagréments et les demandes de branchements. «Aujourd'hui, a-t-il regretté, nous sommes pris par la tyrannie du tout à l'égout qui n'est pas une bonne option pour notre pays».

À l'en croire, les inondations et la Covid-19 ont ainsi montré les limites de ce système. C'est pourquoi, a-t-il fait savoir, « nous sommes en train de développer l'assainissement autonome en partenariat avec le secteur privé ».

À ce titre, l'application MyOnas trouve sa pertinence et vise à davantage rapprocher l'Onas des usagers et de renforcer les acteurs de ce sous-secteur de l'assainissement qui génère, a-t-il informé, 3 milliards de FCfa de chiffre d'affaires par an dans la région de Dakar.

Si ce montant est bien géré, de l'avis du Directeur général de l'Onas, il pourra permettre de lever des fonds au profit des vidangeurs.

Pour lui, cette plateforme entre dans la modernisation de l'Onas. «Il faut essayer autant que possible de digitaliser et de dématérialiser les outils des organisations. Et, en cela, la Covid-19 constitue une opportunité», a-t-il indiqué.

Mamadou Ndiour, secrétaire général de l'Aaas, a insisté sur la géolocalisation de l'offre de service de la vidange. Cette dernière permettra « de réduire le coût des opérations au profit des usagers et surtout d'avoir un gain de temps », a-t-il indiqué.

Selon lui, la Covid-19 a montré qu'on peut offrir des services sans pour autant être en contact avec les bénéficiaires. L'ambition de l'Aaas, a-t-il réaffirmé, c'est de «saisir toutes les opportunités pour relever les défis de l'assainissement».

Pour sa part, Dieynaba Thiam Ka de l'Usaid a magnifié cette initiative qui s'inscrit, a-t-elle dit, dans la stratégie de l'assainissement développée par l'Onas. Il s'agit, à son avis, «d'une plateforme interactive entre les clients et les vidangeurs, et in fine, de l'Onas.

À long terme, elle reste convaincue que cet outil contribuera à améliorer le cadre de vie des populations et surtout d'optimiser les revenus des acteurs de ce sous-secteur de l'assainissement.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.