Sénégal: Unité 3 des Parcelles Assainies de Keur Massar - Les populations satisfaites du niveau de pompage des eaux

24 Septembre 2020

Deux semaines après le démarrage des opérations de pompage dans les quartiers inondés de Keur Massar, des résultats encourageants ont été obtenus. Les populations sont prêtes à regagner leurs maisons libérées des eaux de pluies.

Unité 3 des Parcelles assainies, un immense tapis hydrique meuble un espace compris entre des maisons, non loin de la route goudronnée.

Aux alentours, des éléments de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers supervisent le pompage des eaux effectué par une grande machine qui ronronne à feu continu.

En effet, contrairement aux premiers jours où une certaine agitation était notée dans la plupart des quartiers inondés avec les complaintes des populations du fait de l'ampleur des inondations, un calme plat règne dans cette zone qui fait partie des plus affectées par les inondations.

Pourtant, malgré l'ampleur des dégâts, beaucoup de maisons environnantes sont épargnées par la furie dévastatrice des précipitations. Mais, le mal est si profond que les inondations cristallisent l'attention de tout le monde.

C'est le cas de Madické Boye, un habitant du quartier rencontré juste devant l'étendue d'eau. Il reconnaît que l'eau est en train de partir.

D'où son optimisme quant à la possibilité d'une évacuation de toutes les eaux stagnantes sous peu. « À ce rythme de pompage, je suis convaincu que l'eau va bientôt partir », soutient-il.

Ndèye Fall aussi retrouve l'espoir. Cette habitante de l'unité 3 des Parcelles assainies, nous apprend que l'eau, qui s'était emparée de sa maison familiale, est partie.

Sa famille s'était dispersée et la maison occupée par ses frères qui y veillent nuit et jour par crainte que les voleurs ne viennent démonter les portes et fenêtres.

« Un voleur ne souhaite jamais rentrer bredouille. C'est pourquoi, il est prêt à emporter avec lui tout ce qui peut l'être », signale-t-elle. C'est à cause de ces voleurs qu'elle a refusé d'abandonner sa maison. Heureusement, il n'y a plus d'eau.

Madické Boye a remercié le bon Dieu, car estimant que les inondations sont derrière lui. Non loin, un jeune homme est assis devant une maison libérée des eaux de pluie. Paco aussi fait office de vigile pour éviter que les malfaiteurs ne volent les objets précieux de la famille.

« Je suis seul ici avec un ami qui est allé dormir. Moi je trouve encourageant de voir que l'eau est partie et que bientôt la famille va se retrouver », dit-il. Il pense déjà à la réparation des matériels endommagés par les eaux de pluie.

Deux cents mètres plus loin, la dame Ndèye Daba Guèye explique à une de ses voisines comment elle vit dans le site de relogement aménagé par l'État du Sénégal. «Tu as vu comment notre maison est submergée. Elle est encore sous les eaux.

Mais, comme le niveau a complètement baissé, chez Dieynaba (une voisine), je garde espoir que la nôtre sera libérée », soutient cette femme d'une quarantaine d'années venue s'enquérir de l'évolution de la situation du pompage.

Ousmane Diagne, lui, est locataire à l'unité 3 des Parcelles assainies. La maison où il vivait avant qu'elle ne soit inondée est à nouveau libérée des eaux de pluie.

Mais, il attend le feu vert de son logeur pour faire revenir les bagages. «Tout mon business se concentre ici et parfois je descends tard. Je n'avais pas besoin de parcourir des kilomètres pour regagner ma chambre après le boulot », confie-t-il.

COMMUNE DE KEUR MASSAR

37 maisons, deux mosquées et une école coranique libérées des eaux

Le sous-préfet des Niayes, Oumar Dia, a révélé que les opérations de pompage ont permis de libérer 37 maisons, deux mosquées, « un daara » (école coranique) et un poste de transformation de la Senelec.

«À ce jour, le niveau de l'eau a baissé de 72 centimètres. Avec les deux pluies cumulées, le niveau de l'eau avait atteint 145 centimètres.

Ce qui veut dire qu'un travail de titan a été abattu par la Brigade nationale des sapeurs-pompiers pour arriver à ce niveau de performance», a déclaré le sous-préfet des Niayes. Il a informé que 181 maisons sont encore sous les eaux.

«Déjà, dans les quartiers environnants, l'eau est presque évacuée et des familles commencent à arranger les bagages avec l'objectif de venir se réinstaller dans leurs habitations», ajoute le sous-préfet.

Ce dernier renseigne, cependant, que ces familles vont devoir prendre leur mal en patience, le temps que ces maisons soient désinfectées.

«D'ailleurs, le ministre de la Santé et de l'Action sociale va prochainement venir à Keur Massar pour procéder à une vaste opération de désinfection des maisons libérées.

Pour le moment, l'heure est à l'intensification du pompage des eaux pour accélérer le rythme de libération des maisons et des quartiers inondés», soutient le sous-préfet.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.