Cameroun: « La population a banalisé le paludisme »

Dr Achu Dorothy Fosah, secrétaire permanent du Programme national de lutte contre le paludisme.

Au Cameroun, plus de 11 000 décès ont été recensés au cours de cette année et parmi ceux-ci on retrouve 61% qui sont des enfants. Comment expliquez-vous cela?

Le taux de mortalité est en hausse à cause de la faible couverture de la population en moyens de prévention. L'utilisation des Moustiquaires imprégnées à longue durée d'action (Milda), reste faible dans les zones les plus affectées par le paludisme. D'autre part, la chimio-prévention n'est pas bien conduite chez les enfants de moins de cinq ans, et les femmes enceintes en zone sahélienne. Enfin, il se pose toujours le problème de la faible qualité de prise en charge des cas en général et des cas graves dans les formations sanitaires en particulier.

Quels conseils pouvez-vous aux populations en cette période de crise sanitaire ?

Dans une certaine mesure, la population a banalisé le paludisme et semble avoir plus peur des nouvelles maladies, en oubliant que le paludisme reste mortel sans compter les autres conséquences sur la vie quotidienne. Alors, nous conseillons de renforcer la prévention. L'assainissement du milieu ne suffit plus pour prévenir cette maladie. Il faut encourager l'utilisation systématique des moustiquaires imprégnées, le traitement préventif du paludisme chez la femme enceinte dès son 4e mois de grossesse et la chimio- prévention chez les enfants éligibles dans les régions sahéliennes. En cas de fièvre, en pensant du Covid-19, on ne doit pas oublier que nous sommes en zone hyper-endémique où le paludisme reste une cause fréquente de fièvre. Il faut alors un diagnostic précoce suivi d'un traitement correct dans les meilleurs délais. En cas de fièvre ou autre problème de santé, il ne faut pas hésiter à se rendre dans une formation sanitaire.

Où en est-on avec la campagne nationale de distribution gratuite des Milda?

La campagne nationale est à sa troisième phase de mise en œuvre. Ella a été interrompue à cause de la pandémie du Covid-19, qui nous a obligés de changer la stratégie de distribution des postes fixes à une stratégie, de porte-à-porte, pour éviter des attroupements. Après les deux premières phases, nous avons réussi à distribuer 9.2 millions de Moustiquaires imprégnées à longue durée d'action dans sept régions sur les 14.8 millions prévues. La population a été couverte à 92% dans les sept régions servies. La région suivante c'est le Nord-Ouest où nous sommes en train de former les acteurs pour une distribution prévue au mois d'Octobre 2020. Les régions du Sud-Ouest et du Centre seront ensuite servies après livraison des Milda attendues en début 2021.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.