Cameroun: Filières riz et oignon - Des pistes pour accroître les rendements

Elles seront exportées durant la seconde phase du projet dédié dont le lancement est imminent.

La signature de l'accord de financement de la deuxième phase du Projet d'appui au développement des filières agricoles (Padfa) est imminente. En prélude à son démarrage officiel, la coordination du projet et le Fonds international de développement agricole (FIDA) sont en mode concentration. Depuis mardi jusqu'à hier, le ministère de l'Agriculture et du Développement rural (Minader) a abrité la restitution des résultats de la mission de supervision de la phase de démarrage et un atelier de formation du nouveau personnel du projet. Les travaux placés sous la présidence du Minader ont connu la participation des responsables du FIDA et du Programme alimentaire mondial entre autres.

Le Padfa est un projet mis sur pied pour accroître la production du riz et d'oignon, améliorer la conservation, la transformation et la commercialisation de ces produits et renforcer les capacités techniques et organisationnelles des producteurs. Lors de la première phase allant de 2014 à 2017, le projet a, entre autres, soutenu 1305 organisations paysannes, augmenté le rendement des producteurs de 70% pour les oignons et de 67% chez les riziculteurs. Il a également introduit des innovations comme l'irrigation à petite échelle par canaux de terre. Une performance qui a encouragé le gouvernement à poursuivre avec une seconde phase, avec le concours financier du FIDA.

La phase II du PADFA, estimée à plus de 33 milliards de F va consister, d'après le ministre Gabriel Mbaïrobe, à porter la production de riz de 163 000 t en 2013 à 750 000 t en 2020, et celle de l'oignon à 200 000 t cette année, contre 140 000 t en 2013. Ce d'autant plus que le Cameroun a entrepris de réduire ses importations de riz estimées à plus de 500 000 t par an et créant, selon lui, un déséquilibre de la balance commerciale.

D'après la coordonnatrice nationale du Padfa II, Marigoh Hélène Misse, pendant une période de six ans, il sera question de développer et accroître durablement les revenus et la résilience des exploitations agricoles familiales productrices de riz et d'oignon dans les zones cibles à savoir, le Nord, l'Extrême-Nord, le Nord-Ouest et l'Ouest, améliorer la conservation, la transformation et la mise en marché des productions. Mardi dernier déjà, Hanafi Abdelhaq, chef de la mission de supervision de la phase de démarrage du projet a estimé satisfaisante l'exécution physico-financière des activités menées, en dépit du ralentissement causé par le Covid-19 et la mobilisation des fonds de contrepartie. Depuis hier le personnel nouvellement recruté est outillé sur les procédures internes du FIDA.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.