Seychelles: Le pays annule l'interdiction d'exporter du vivaneau rouge

Les Seychelles n'interdiront pas l'exportation de vivaneau rouge, une mesure qui avait été envisagée pour rendre l'espèce plus abordable pour les habitants, a déclaré jeudi un haut responsable du gouvernement.

Le ministre de la Pêche et de l'Agriculture, Charles Bastienne, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'avec l'impact négatif du COVID-19 sur le secteur de la pêche et l'économie des Seychelles, il était important de revoir certaines décisions prises.

L'interdiction d'exportation a été annoncée par le président Danny Faure au mois de février et devait entrer en vigueur en avril.

« À ce moment-là, lorsque la décision a été prise, de nombreuses entreprises comme les hôtels et les restaurants fonctionnaient toujours et ils étaient les principaux acheteurs. Avec une baisse dans le nombre de touristes visitant les Seychelles depuis mars et un grand nombre de ces entreprises fermées en raison du COVID-19, notre marché pour vendre le poisson a diminué », a déclaré M. Bastienne.

Le vivaneau rouge - appelé " bourzwa " en créole - est considéré comme un mets délicat dans la nourriture créole locale et la surpêche de l'espèce au cours de la dernière décennie a progressivement fait monter le prix à son état actuel comme l'un des poissons les plus prisés des Seychelles.

Selon le ministère des Pêches, environ 50 tonnes de vivaneaux rouges sont exportées chaque année. M. Bastienne a déclaré que les autorités examineront la mise en place d'un quota pour l'exportation de cette espèce.

Bien que l'interdiction ne soit pas entrée en vigueur, le ministre a déclaré qu'il n'y avait pas eu d'exportation de vivaneau rouge après la date d'échéance proposée du 15 avril.

"Nous le savons car pour exporter, vous devez recevoir un certificat de capture de la Seychelles Fishing Authority. Et nous avons vérifié et aucun certificat n'a été délivré depuis", a déclaré M. Bastienne.

Il a ajouté que bien que les portes d'exportation se soient rouvertes, cela ne signifie pas qu'elles redeviendront comme avant.

"Nous pensons que cela prendra du temps en raison de complications dans d'autres pays. Nous avons également constaté qu'il y a une limitation des vols de fret, ce qui entrave les exportations", a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, les autorités des pêches des Seychelles, un groupe de 115 îles de l'océan Indien occidental, travaillent sur une réglementation pour assurer la protection de l'espèce.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.