Afrique: L'OMS cherche à comprendre pourquoi l'Afrique est moins touchée par le Covid-19

À ce jour, plus de 1,4 million de cas de Covid-19 ont été répertoriés sur le continent africain et près de 35 000 personnes sont mortes à cause du coronavirus, selon l'Africa CDC (Centre de prévention et de contrôle des maladies de l'Union africaine). C'est peu en comparaison des autres continents. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) organisait, ce jeudi 24 septembre, une conférence de presse pour détailler les premières pistes de recherche pour tenter d'expliquer cette situation.

Au départ, les perspectives étaient mauvaises. Les analystes envisageaient des millions de morts sur le continent, qui compte une majorité de pays pauvres aux systèmes de santé faibles. Mais plus de six mois après le premier cas en Afrique, les ravages attendus ne se sont pas produits et le nombre de cas diminue dans la plupart des pays.

Après avoir comparé le code génétique de plusieurs échantillons de SARS-CoV-2 en Afrique, il apparaît que le virus est semblable à celui qui circule en Europe. Les scientifiques écartent donc la possibilité d'une souche africaine moins dangereuse. Alors, comment expliquer que le continent échappe en grande partie à la pandémie ?

Les mesures de confinement strictes ont été adoptées très tôt dans la plupart des pays d'Afrique. Et cela a certainement aidé à garder le nombre de cas très bas. Comme le fait que les pays africains ont déjà l'expérience de nombreuses maladies infectieuses comme le paludisme ou Ebola, malgré des systèmes de santé défaillants. Mais il y a d'autres raisons pour expliquer la particularité africaine. Et même si les données cliniques et sociologiques sont encore parcellaires, les chercheurs estiment que la situation en Afrique s'explique par une combinaison de multiples facteurs.

Immunité croisée

Une première explication viendrait de l'âge de la population, selon le Dr Matshidiso Moeti, directrice de l'OMS en Afrique. Les scientifiques ont en effet montré que les personnes âgées étaient plus à risque de contracter le Covid-19. « Dans la plupart des pays d'Afrique, environ 3% de la population a plus de 65 ans. Il y a des pays qui ont un taux de mortalité plus élevé en Afrique. L'Algérie, par exemple, où l'on voit que près de 10% de la population a plus de 65 ans. Donc, on pense que l'âge fait une différence. Et il y a d'autres facteurs : la mobilité internationale, la capacité à se déplacer à l'intérieur des pays, les réseaux routiers, le nombre de voiture par habitant. Tout cela joue sur la capacité de diffusion du virus dans les pays. »

La température ou même la manière de vivre pourraient également jouer. Matshidiso Moeti estime ainsi que le fait que les seniors vivent dans la maison familiale en Afrique et non pas réunis au sein de maisons de retraite, a pu éviter des foyers de contagion. La professeure Francisca Mutapi, infectiologue à l'université d'Édimbourg, avance aussi d'autres pistes de recherche. « Le virus se transmet peu en extérieur. Et l'Afrique a une part importante de population rurale qui passe du temps en extérieur. Nous venons aussi de commencer une grande étude sur l'immunité croisée au Zimbabwe pour savoir si l'exposition à six autres coronavirus protège la population au SARS-CoV-2. »

Données africaines pour l'Afrique

Des études préliminaires montrent aussi, par exemple, que 80% des cas de Covid-19 en Afrique sont asymptomatiques, contre 40% à 50% en Europe, selon l'OMS. Et pour le professeur d'épidémiologie Mark Woolhouse, à la tête d'un programme de collecte de données dans neuf pays du continent, il est important de mieux comprendre ces particularités africaines : « L'Afrique a sa propre épidémie. J'ai beaucoup travaillé sur l'épidémie au Royaume-Uni et en Europe. Ces épidémies sont différentes. Elles n'ont pas les mêmes caractéristiques. Donc, je pense qu'on va apprendre beaucoup de choses de ces données africaines destinées à l'Afrique. »

Les résultats de ces différents programmes de recherche sont attendus d'ici quelques mois.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.