Congo-Brazzaville: Enseignement supérieur - Des étudiants congolais attendus à l'Université polytechnique Félix Houphouët-Boigny

Le ministre de l'Enseignement supérieur, Bruno Jean-Richard Itoua, a échangé, le 23 septembre à Brazzaville, avec une délégation de l'Université polytechnique Félix Houphouët-Boigny de Côte-d'Ivoire sur le projet d'admission des étudiants congolais dans cet établissement.

la délégation ivoirienne était conduite par Adama Koné, enseignant-chercheur au département Génie et sous-directeur de la scolarité. En effet, l'entrée à cet établissement d'enseignement supérieur est conditionnée par un concours organisé par le ministère congolais. Cette année, plus de trente mille jeunes congolais admis au baccalauréat pourraient postuler à ce test, dont le quota reste à déterminer.

Ainsi donc, le ministre de l'Enseignement supérieur est en train de beaucoup travailler sur les bourses : de coopération, inter-Etats et l'Université Marien Ngouabi y compris les instituts locaux pour orienter les jeunes bacheliers et ceux des années précédentes.

« Nous rappelons aux bacheliers des séries scientifiques, des classes préparatoires et renforcées ainsi que ceux des lycées d'excellence qu'il y a de perspectives pour eux localement où à l'étranger, car nous organisons depuis trois ans, en collaboration avec tous nos partenaires, des campagnes d'information et d'orientation. Chaque année, le suivi pédagogique est très rigoureux pour les étudiants congolais à l'étranger. Par exemple, nous avons quatre-vingt-deux étudiants à Yamoussoukro (Côte d'Ivoire) qui se comportent très bien », a indiqué le ministre Bruno Jean-Richard Itoua.

Les spécialités d'enseignement offertes à l'Université polytechnique Félix Houphouët-Boigny se résument, entre autres, à l'agronomie, l'industrie, les travaux publics, le commerce, l'administration d'entreprise, les mines, la géologie, etc.

« Il y a trois promotions d'étudiants congolais soit quatre-vingt-seize au total. Nous sommes pour le recrutement de la quatrième promotion des bacheliers conditionnés par une étude des dossiers, le concours et autres. Mais le quota reste à définir », a indiqué Adama Koné, enseignant-chercheur au département Génie et sous-directeur de la scolarité à l'Université polytechnique Félix Houphouët-Boigny.

La rentrée académique 2020-2021 à l'Université Marien Ngouabi est prévue pour février 2021. Mais actuellement, le ministère de l'Enseignement supérieur travaille pour l'attribution des bourses de coopération et l'organisation des concours inter-Etats.

« Les jeunes bacheliers et ceux des années précédentes peuvent ou non attendre le mois de février 2021 afin de poursuivre leurs études, car plusieurs opportunités leurs sont offertes. Mais ceux qui préfèrent étudier sur place ont plus de temps à mettre à profit pour s'informer en se référant au site internet du ministère ainsi qu'aux conseillers chargés de l'orientation », a ajouté le ministre de l'Enseignement supérieur.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.