Congo-Kinshasa: A Kisangani, le traumatisme des affrontements de 2000 entre Ougandais et Rwandais

La Cour internationale de justice (CIJ) a décidé de procéder à une expertise afin de déterminer les réparations que l'Ouganda devra verser à la RDC suite aux affrontements entre militaires rwandais et ougandais sur le territoire congolais entre 1998 et 2003. Faute d'accord entre Kinshasa et Kampala, la CIJ va nommer 4 juges pour évaluer les dommages. A Kisangani, plus de 700 personnes ont été tuées, dans ce qu'on a appelé la guerre de six jours.

Du 5 au 10 juin 2000, les armées rwandaise et ougandaise s'affrontent dans cette ville d'environ un million d'habitants.

Pierre Kabaka, responsable de l'Association Justice et Libération, était présent et se souvient des bombardements. « Il n'y avait pas d'autorité dans la ville. Les Ougandais et les Rwandais ne s'affrontaient pas directement. Ils se lançaient des obus. Les Ougandais étaient de l'autre côté de la rivière Tshopo et les Rwandais étaient à Lubunga. Tous les obus qu'ils se lançaient tombaient dans la ville de Kisangani. »

C'était il y a 20 ans. Mais les cicatrices de cette violence sont encore très présentes aujourd'hui explique l'activiste des droits de l'homme, Dismas Kitenge. « Ça représente des personnes qui vivent maintenant avec handicap. Ça représente aussi ce traumatisme psychologique, des personnes qui ont perdu presque toutes leurs familles et qui sont restées seules et leur vie a été brisée ».

Les affrontements ont également eu un impact sur la ville elle-même. Son développement s'est arrêté, souligne le politologue Alphonse Maindo. « Kisangani a été conçue au départ comme une ville carrefour, une ville entrepôt. Et Kisangani s'est retrouvé au milieu de nulle part, isolé de tout et tout s'est effondré. »

Selon un rapport de l'ONU, plus de 700 personnes, des civils, ont été tuées à Kisangani entre le 5 et 10 juin 2000. Et plus de 400 habitations ont été détruites lors des affrontements.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.