Madagascar: Logements clandestins - Les habitants des pavillons d'Ampanotokana sommés de libérer les lieux

Devant la surpopulation dans la ville d'Antananarivo, certaines familles peinent à trouver un logement. Et bien évidemment, la situation n'échappe pas à certains profiteurs qui n'hésitent pas à louer des biens publics pour se faire un peu d'argent sur le dos, à la fois, des demandeurs de logement, mais aussi de la mairie.

Au marché d'Ampanotokana à Ambatomaro par exemple, la CUA fut fort étonnée d'être tombée sur plusieurs ménages ayant élu logement dans les pavillons du marché. Sur son compte Facebook, le maire Naina Andriantsitohaina a annoncé que son équipe a compté 70 pavillons occupés sur les lieux. Des familles qui paient leurs loyers à des bailleurs alors qu'aucune convention n'a été signée entre la commune et les tiers qui récoltent ces loyers. De plus, les pavillons ne disposent ni de toilette, ni de douche, et ne remplissent donc pas les conditions requises pour en faire des lieux d'habitation.

Face à cela, la CUA n'a d'autres choix que de laisser quinze jours aux occupants pour libérer les pavillons qui sont destinés au commerce et non pour accueillir des familles. Pour les bailleurs, leurs identités n'ont pas encore été communiquées par la CUA qui s'est contentée de donner un indice en disant qu'on a surtout à faire à une association.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.