Congo-Kinshasa: Justice - Le Karmapa convoqué au Parquet pour la diffusion de sa chanson «Maman Yemo»

Aussitôt lancée sur le marché du disque, la nouvelle chanson- single « Maman Yemo » du chanteur congolais Le Karmapa est interdite de toutes diffusions publiques notamment, à travers les médias à Kinshasa. Mais, au niveau des réseaux sociaux, l'œuvre est partagée par les fanatiques qui apprécient surtout la thématique, au-delà des mélodies succulentes qui l'accompagnent. Qu'à cela ne tienne, cette mélopée de l'artiste dérange le gestionnaire de l'hôpital général de référence de Kinshasa, autrement dit «Maman Yemo» qui s'y oppose farouchement alors que son contenu va pour l'intérêt de cet établissement de santé publique.

Aux dernières nouvelles, Le Karmapa est convoqué au Parquet général de Kinshasa -Gombe pour la diffusion de «Maman Yemo» alors que l'œuvre a été censurée au préalable par la Commission nationale de censure des chansons et des spectacles, une structure du ministère de la Justice.

Contacté par la presse, l'artiste s'est dit surpris de cette invitation de la Justice de son pays dont l'objet porte sur le contenu de la chanson « Mama Yemo ». "Je ne sais pas ce qu'on me reproche dans cette œuvre. Sur la convocation, il est clairement mentionné que ma chanson ternit l'image de l'hôpital", a déclaré le Prince de la Rumba.

Comme l'indique son titre, cette chanson met en évidence l'actuel hôpital général de référence de Kinshasa, ex-MamaYemo et toutes ses réalités socioprofessionnelles.

Pour l'artiste, cet établissement public n'est plus viable pour soigner les malades. Au-delà de son état insalubre très avancé, cette officine médicale est constituée des personnels soignants compétents qui, malheureusement, se livrent à certaines pratiques qui vont à l'encontre du serment d'Hippocrate.

Des infirmiers et médecins ont institué, par exemple, un phénomène appelé «Pharma-poche» qui consiste à faire les commerces illicites de médicaments au sein de l'hôpital. Dans un extrait balancé sur Youtube, Le Karmapa dénonce que le corps médical vend aux patients des médicaments sortis de leur poche.

"Ça m'étonne que les responsables de cet hôpital ne soient pas d'accord avec cette chanson. Et pourtant, je plaide pour que les autorités du pays leur donnent des moyens conséquents pour qu'ils arrivent à assurer non seulement de manière efficiente la prise en charge des malades, mais aussi pour rendre viable Mama Yemo qui est pratiquement abandonné», regrette Le Karmapa.

D'après certaines indiscrétions, l'interdiction de diffusion de ladite chanson fait la joie du Médecin directeur de ce grand Hôpital légendaire du pays.

Rappelons qu'en date du 18 avril, au cours de son intervention à la presse, Dr. Clément Mbaki avait promis de traduire en justice le chanteur pour que cette chanson soit sanctionnée.

Pour lui, la démarche de Karmapa n'était pas bonne. Car, il a vexé et insulté les personnels médicaux qui travaillent dans cet établissement public de l'Etat. Et surtout de ternir l'image de l'établissement.

Dans l'opinion, renseigne-t-on, les congolais lambda saluent, par contre, le courage de l'artiste qui se distingue par les contenus dans ses œuvres. Il est des rares chanteurs de la rumba qui se préoccupe et exploite des thèmes de société dans ses chansons. Malheureusement, les messages de Le Karmapa semblent être mal compris alors que le Congo, d'aujourd'hui, a vraiment besoin de ses artistes engagés pour accompagner le Chef de l'Etat, dans sa vision pour l'Etat de droit, le changement de mentalités et surtout le développement de tous les domaines de la vie : une nation débout.

Qui dit mieux ?

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.