Angola: Les écoles du deuxième cycle facturent des frais et des émoluments

Luanda — Le Gouvernement angolais a autorisé la perception des frais et émoluments dans les écoles secondaires publiques, pour garantir leur autosuffisance.

La valeur de ces services reste à définir, selon l'ordonnance présidentielle 129/20, parvenue jeudi à l'ANGOP.

Selon cet instrument juridique, la nouvelle mesure se justifie par le fait que "les recettes des écoles constituent une tranche alternative importante de financement pour les établissements publics d'enseignement secondaire".

Le Gouvernement estime que la perception des droits et redevances augmentera les ressources financières nécessaires au fonctionnement des écoles de ce sous-système éducatif.

Selon l'arrêté présidentiel, qui ne précise pas la date l'entrée en vigueur de ces services, la collecte doit être assurée par les ministères de l'Education et des Finances.

Les deux départements ministériels sont chargés d'approuver et de définir ces valeurs.

À propos, une source du ministère de l'Éducation, qui a demandé l'anonymat, a informé l'ANGOP que des propositions sont en cours d'analyse avec le ministère des Finances, afin de déterminer les valeurs des frais et émoluments à facturer pour les services fournis par les institutions d'enseignement secondaire.

En septembre 2019, les autorités angolaises avaient décidé d'interdire la perception de tout frais dans les institutions d'enseignement public en Angola, justifiant la "non-existence" d'un texte légal à cet effet et que les collectes antérieures étaient simplement "arbitraires".

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.