Togo: Un choc exogène imprévu

25 Septembre 2020

Face à un certain nombre d'interrogations pertinentes notamment sur les conséquences macroéconomiques directes et indirectes de la pandémie sur l'économie togolaise et les conditions de vie des ménages et groupes vulnérables, une étude a été menée par des enseignants-chercheurs de la Faculté des Sciences économiques de l'Université de Lomé.

Une enquête initiée par le ministère de l'Economie et des Finances et financée par le PNUD.

Le coronavirus est un choc exogène et imprévu qui a provoqué des chutes record des indicateurs économiques chez les principaux donateurs du Togo (Chine, Allemagne, France, UE et USA).

Cette situation peut avoir des répercussions sur les flux financiers internationaux notamment l'aide au développement, les investissements directs étrangers et les transferts de fonds des migrants reçus, souligne l'enquête.

A priori, l'effet Covid-19 sur les flux d'aide publique au développement au Togo paraît ambigu à court terme.

L'on peut s'attendre à une réduction considérable de l'aide car les partenaires sont confrontés à la récession.

Par contre, la situation peut susciter l'action des donateurs multilatéraux (ONU, Banque Mondiale...) qui vont augmenter leur assistance financière si le pays met tout en œuvre pour bénéficier des opportunités de financement offertes par ces différentes institutions.

Par ailleurs, l'investissement direct étranger (IDE) étant corrélé positivement aux flux commerciaux (OCDE, 2003), la baisse des flux commerciaux due à la pandémie entraînera à court terme la baisse des IDE.

Le fait que les secteurs tels que commerce électronique, technologies numériques, cyber sécurité, énergies renouvelables, pouvant attirer les IDE à la faveur de la pandémie, ne sont pas développés au Togo, on risque d'assister à une baisse des IDE.

Enfin, 66,4% des transferts de fonds reçus des migrants en 2018 provenaient essentiellement de l'Europe, de l'Amérique et de l'Asie qui sont des zones durement frappées par le virus.

L'arrêt des activités dû en partie au confinement peut dégrader les conditions financières de la diaspora togolaise et par conséquent entraîner, une baisse substantielle des ressources mobilisées à court terme, peut-on lire dans le document.

L'enquête contient un certain nombre de recommandations comme le soutien aux entreprises, y compris les PMI-MPE, l'aide des banques et l'augmentation des investissements dans le secteur agricole.

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.