Cameroun: Situation épidémiologique - Le virus circule toujours

Les chiffres ont été communiqués hier à Yaoundé par le Dr Georges Alain Etoundi Mballa. C'était au cours du point de presse quotidien.

Les derniers chiffres : 20 712 cas confirmés, 418 décès, 19 440 rémissions, 838 cas actifs, parmi lesquels, 31 pris en charge et un sous oxygène. Telle est la situation épidémiologique présenté hier au cours du point de presse quotidien par le Dr Georges Alain Etoundi Mballa, directeur de la lutte contre la maladie les épidémies et les pandémies au ministère de la Santé publique (Minsanté).

Selon l'épidémiologiste, les résultats satisfaisants enregistrés à date, ne doivent pas laisser penser que l'épidémie du Covid-19 est finie. « Les chiffres toujours croissants de contamination révélés sont la preuve que le nouveau coronavirus circule toujours au sein de nos communautés. C'est l'occasion pour moi, une fois de plus de vous exhorter à plus de prudence, de responsabilité et vous encourager à pratiquer davantage les gestes barrières, principale arme contre cette pandémie », a-t-il conseillé.

Par ailleurs, les données disponibles au septième mois de la riposte au Covid-19 montrent que les personnes les plus à risque de faire des formes graves de la maladie sont celles qui présentent des comorbidités. Notamment l'hypertension artérielle, le VIH/sida, la tuberculose, l'asthme et les hépatites.

En ce qui concerne principalement les hépatites, Dr Etoundi Mballa a précisé que les hépatites B et C sont les causes de mortalité les plus fréquentes. Ainsi, pendant la pandémie du Covid-19, les hépatites virales continuent à causer la mort de milliers de personnes chaque jour. « Avec une prévalence de 11,9% pour l'hépatite B et 13% pour l'hépatite C, on estime que 2,5 millions de personnes sont touchées au Cameroun, ce qui fait de notre pays, un des plus affecté en Afrique et dans le monde. »

Dans ce sens les professionnels de la santé conseillent à toute personne atteinte d'hépatite de respecter les mesures barrières et de ne pas hésiter à consulter les formations sanitaires afin que le diagnostic du Covid-19 affirmé, soit suivi d'une prise en charge précoce. Toutefois, ils rappellent que le tableau clinique de ces malades peut être aggravé par la ruée frénétique vers les multiples nouveaux thérapeutes se réclamant soit de la médecine traditionnelle, soit de la médecine conventionnelle.

« Les combinaisons et décoctions de notre pharmacopée traditionnelle et l'automédication sont dangereux pour ces patients (...) Je le dis et je le répète, ces comportements, ces associations de produits peuvent déjà eux-mêmes déclencher une hépatite pré existante. C'est dans cette optique que les formations sanitaires continuent d'offrir les soins et services de santé essentiels de prévention et de prise en charge des hépatites », a martelé Dr Georges Alain Etoundi Mballa.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.