Afrique Centrale: Lutte contre le terrorisme - Une action internationale pour rétablir la sécurité

Seule une action internationale pourra rétablir la sécurité dans les régions africaines du Sahel et du bassin du lac Tchad, a estimé le président du Niger, Mahamadou Issoufou, le 24 septembre devant l'Assemblée générale des Nations unies.

« Le Niger est convaincu que les nombreuses menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité internationales ne peuvent pas être résolues par les États pris individuellement, mais par une action collective de la communauté internationale », a déclaré le président du Niger qui s'exprimait pour la dernière fois devant l'Assemblée générale en sa qualité de chef d'Etat, la Constitution nigérienne limitant à deux le nombre de mandats à la présidence du pays.

Mahamadou Issoufou s'est félicité du renforcement des capacités opérationnelles et de renseignement des forces de défense et de sécurité au niveau national, de l'opérationnalisation de la Force mixte multinationale (Bénin, Cameroun, Niger, Nigéria et Tchad) dans le bassin du lac Tchad et de la Force conjointe du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad).

« Pour un financement pérenne de celle-ci, je salue la proposition du secrétaire général (de l'ONU) António Guterres, qui préconise de s'inspirer du modèle de la mission de l'Union africaine (UA) en Somalie (AMISOM) », a-t-il dit.

Pour le président du Niger, la création de la coalition de lutte contre le terrorisme au Sahel, la mise en place d'un commandement conjoint pour toutes les forces militaires participantes dont celles françaises (Barkhane) et européennes (Takuba), le déploiement prochain par l'UA d'un contingent de 3.000 hommes, les initiatives de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest, « sont autant d'éléments qui suscitent l'espoir d'une victoire sur notre ennemi commun : le terrorisme et le crime organisé ».

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.