Cameroun: Bec de lièvre - La prise en charge s'améliore

Constat posé par les experts réunis au cours de la 2e édition de la Journée de la Société camerounaise de chirurgie pédiatrique hier à Yaoundé.

La prise en charge de l'enfant porteur d'une fente labio-palatine appelée communément bec de lièvre au cœur de la deuxième Journée de la Société camerounaise de chirurgie pédiatrique. Des travaux de réflexion à cet effet ont réuni nombre de praticiens impliqués dans le traitement de cette malformation congénitale, hier à Yaoundé. D'éminents spécialistes ont pris part à cette rencontre scientifique présidée par le Pr. Jacqueline Ze Minkande, doyen de la faculté de médecine et des sciences biomédicales de l'Université de Yaoundé I, représentant le recteur.

D'après le Pr. Faustin Mouafo Tambo, président de cette société savante, le choix porté sur la prise en charge de cette pathologie ne relève pas du hasard. Cette malformation congénitale est en effet au cœur de l'activité du chirurgien pédiatrique. « C'est la spécificité du chirurgien pédiatrique de s'attaquer aux malformations congénitales. Les fentes labio-palatines ont ceci de particulier qu'elles sont très stigmatisantes dans notre société. Les enfants sont rejetés, leurs parents indexés et parfois accusés à tort d'être responsables de l'anomalie de l'enfant », a indiqué le Pr. Faustin Mouafo Tambo.

De plus, cette malformation congénitale implique l'interdisciplinarité médicale afin d'optimiser la prise en charge. Car, cette intervention fait appel à plusieurs praticiens, notamment au chirurgien maxillo-facial, a l'otorhinolaryngologiste (Orl), au pédiatrique et au dentiste, qui combinent leurs efforts pour permettre à l'enfant d'avoir une élocution normale.

En une dizaine d'années, environ 500 enfants ont bénéficié des réparations chirurgicales grâce à la solidarité nationale. C'est le cas de relever que, pendant longtemps, lorsque cette spécialité n'existait pas au pays, les enfants atteints de cette pathologie étaient presque abandonnés. Ce qui était très difficile parce qu'ils n'arrivaient pas à s'alimenter et à bien grandir. « Mais depuis que les spécialistes camerounais se sont mis à la tâche, ces enfants ont retrouvé le sourire. Les parents ne sont plus inquiets parce qu'il est désormais possible de faire ces interventions ici au Cameroun », a souligné le Pr. Jacqueline Ze Minkande. Cela dit, le pays commence à avoir une expertise locale suffisante, à travers la formation des spécialistes à même de prendre en charge ces enfants dans d'autres régions.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.