Cameroun: Poésie - Un vers transcendant

Deux ruptures de stock ont rythmé la dédicace du recueil de poèmes de Danielle Eyango le 19 septembre dernier à Douala.

Un samedi pas comme les autres au milieu des livres de la Fnac Bali à Douala. Ce 19 septembre 2020 là, un vers tonitruant a remplacé le silence des rayons. Le vers de l'écrivaine Danielle Eyango, qui dédicaçait son recueil de poésie « Le Parfum de ma mère », paru en août dernier aux Editions de midi. Un livre de 76 pages et 17 poèmes, deuxième œuvre de l'auteure, huit ans après « Kotto Bass. Comme un oiseau en plein envol ».

Danielle Eyango est donc de retour. Et le public est au rendez-vous. Comme on a pu le constater le jour de la dédicace. En effet, en cinq heures et trente minutes, la séance a connu deux ruptures de stock du recueil et plus de 200 exemplaires ont ainsi été écoulés. Un fait inhabituel qui a surpris même les organisateurs de cette rencontre entre l'auteure et le public, comme l'explique Danielle Eyango elle-même : « A dire vrai, l'équipe avait prévu un stock de 70 livres et on ne pensait pas les écouler tous. Sauf que les exemplaires sont tous rapidement partis et on a dû dévaliser les points de vente de toute la ville. »

Cette ruée vers l'œuvre de Miss Eyango n'est pas surprenante, de l'avis de l'écrivain Daniel-Alain Nsegbe, Mutt-Lon de son nom d'auteur : « Danielle Eyango c'est une toute jeune plume déjà acérée (... ) On avait tendance à croire que l'âge d'or de la poésie en Afrique était révolu depuis le Congolais Tchicaya U Tam'si. Et Danielle Eyango nous a magnifiquement démontré le contraire pour notre plus grand plaisir. Je lui dis merci non seulement pour sa magnifique poésie, mais aussi pour le coup de fouet à ce milieu culturel qui n'est pas tout le temps en couleur (... ) Ça ne peut être que positif pour la littérature camerounaise. » Des commentaires élogieux, on en aura aussi eu du côté de Djaïli Amadou Amal, en lice pour le Goncourt 2020 avec son roman « Les Impatientes », venue soutenir une jeune consœur qu'elle a qualifiée de « brillante ».

Un adoubement de deux ainés, dont la présence, comme celle de l'auteur Badiadji Horretowdo également, a ému la star du jour aux larmes. « Ils font partie de mes auteurs favoris. Quand vous avez deux grosses pointures qui ont eu à gagner des prix à l'international, Djaïli qui est en lice pour le prix Goncourt, Mutt-Lon qui a gagné le prix Ahmadou Kourouma, c'est comme une validation de mon talent d'écrivain. Ça signifie qu'ils me considèrent comme l'une des leurs », a déclaré Danielle Eyango. En plus de l'hommage des deux auteurs, des artistes d'autres disciplines ont célébré « Le parfum de ma mère ». C'est le cas du cinéaste et comédien Thierry Ntamack, qui a déclamé le poème « Demain sur ta tombe j'irai », en mémoire de l'oncle de l'écrivaine, Kotto Bass.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.