Algérie: Massacres du 17 octobre 1961 - Une association française demande la reconnaissance du crime

Alger — Une association française (association républicaine des anciens combattants, des combattants pour l'amitié, la solidarité, la mémoire, l'antifascisme et la paix +ARAC+ ) a appelé, jeudi, au "libre accès à l'ensemble des archives relatives aux massacres du 17 octobre 1961 et la reconnaissance de ces crimes par l'Etat", peut-on lire dans son communiqué.

"Il n'a pas été possible jusqu'ici de connaitre combien de personnes sont mortes dans ces massacres. C'est pourquoi l'ARAC demande le libre accès à l'ensemble des archives relatant des travaux des chercheurs et historiens français sur ces massacres. Par cette disposition l'Etat français arriverait à rompre le silence et provoquerait par la voix de son parlement, la reconnaissance des crimes du 17 octobre 1961", est-il écrit dans le communiqué de l'Association publiée sur sa page Facebook.

L'ARAC a souligné dans sa publication intitulée "17 octobre 1961-17 octobre 2020: Obtenir la reconnaissance du crime par l'Etat", que "ce fut un événement d'une gravité exceptionnelle de la répression d'Etat, la plus violente qu'ait jamais provoquée une manifestation de rue en Europe occidentale dans l'histoire contemporaine".

Elle estime que "par cette reconnaissance officielle, la République française œuvrerait au rapprochement franco-algérien, à un traité de paix et d'amitié plus que jamais nécessaire aujourd'hui".

"Des Algériens furent tués par balles, assassinés dans la cour de la préfecture de police de Paris, jetés dans la Seine", est-il également rappelé par l'ARAC qui affirme, à cette occasion,"comme tous les ans, sera présente le 17 octobre prochain, au Pont St Michel pour faire triompher +Vérité et Justice pour ces massacres+".

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.