Afrique: Cartier se joint au Lion's Share Fund pour affronter la crise mondiale de la nature

New York — Cartier, l'une des plus grandes marques de luxe au monde, s'est joint au Lion's Share Fund, une initiative révolutionnaire primée qui réunit les marques, les défenseurs de l'environnement et les consommateurs pour faire face à la crise de la nature, de la biodiversité et du climat.

Dirigé par le PNUD et une coalition d'entreprises et de partenaires des Nations Unies, ce fonds novateur vise à lever plus de 100 millions de dollars par an au cours des cinq prochaines années pour financer les efforts de lutte contre la perte de biodiversité et de protection des habitats en invitant les marques à verser l'équivalent de 0,5 % de leurs dépenses publicitaires chaque fois que l'image d'un animal est utilisée dans leurs publicités.

Achim Steiner, l'administrateur du PNUD, a déclaré : « La biodiversité, notamment la faune sauvage et les écosystèmes sains, sont à la base du bien-être, de la sécurité et de la résilience de toutes sociétés. Pourtant, un million d'espèces animales et végétales sont menacées d'extinction dans les décennies à venir, en grande partie à cause de l'activité humaine. La crise de la COVID-19 est un cinglant rappel que la santé et le bien-être des humains sont intrinsèquement liés à la santé et au bien-être de notre planète. Mais la crise continue de mettre en exergue les possibilités pour les humains d'agir collectivement pour relever un défi mondial commun. Tirant profit de la puissance de la créativité et des partenariats, l'idée de The Lion's Share est aussi captivante que l'impact considérable qu'elle aura. Les revenus générés et le nouveau public touché par cette initiative ambitieuse et unique en son genre auront un véritable effet durable sur l'avenir de notre planète et des animaux avec lesquels nous la partageons. »

« La beauté du monde naturel a toujours été une source d'inspiration et de créativité pour les pièces intemporelles de Cartier », explique Cyrille Vigneron, président-directeur général de Cartier International. « En tant que citoyens du monde, nous estimons qu'il est de notre devoir de protéger la biodiversité de la planète et de faire une différence dans la conservation de la faune sauvage. Cela signifie qu'il faut renforcer le soutien de Cartier apporte à des partenariats innovants comme « The Lion's Share Fund » et unir nos forces pour préserver le patrimoine naturel mondial pour les générations futures. »

Lancé en septembre 2018, le Fonds a aidé la réserve nationale de Niassa au Mozambique à mettre fin au braconnage des éléphants en améliorant les systèmes radio qui jouent un rôle essentiel pour les agents des forces de l'ordre chargés de protéger la faune sauvage. Il a également cofinancé l'acquisition de terres pour accueillir des orangs-outans, des éléphants et des tigres en danger critique d'extinction dans la province de Sumatra du Nord, en Indonésie, et a entrepris d'étendre ses activités, avec la mise sur pied d'une équipe exclusivement féminine de gardes forestiers et la création du premier sanctuaire de rhinocéros de l'île. En février, à la suite des feux de brousse qui ont dévasté une partie de l'Australie, The Lion's Share Fund a accordé deux microfinancements pour soutenir les efforts de traitement et de réhabilitation des animaux sauvages blessés dans toute la Nouvelle-Galles-du-Sud, et pour sauver de l'extinction les souris marsupiales de l'île Kangourou.

En réponse à la crise de la COVID-19, The Lion's Share a annoncé récemment de nouvelles subventions pour aider les communautés qui dépendent du tourisme basé sur la faune sauvage, une activité qui emploie des millions de personnes et joue un rôle crucial dans la conservation de la faune sauvage à travers le monde, mais qui a été dévastée par la pandémie du COVID-19.

Selon le Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC), le tourisme consacré à la faune sauvage a généré 343,6 milliards de dollars et soutenu plus de 21,8 millions d'emplois en 2018. Il permet à des communautés de bénéficier directement de la faune et de développer ainsi des entreprises et encourager la protection de la biodiversité. Cependant, les restrictions de voyage visant à ralentir la propagation de la pandémie ont épuisé les ressources économiques de centaines de millions de personnes et limité les activités de conservation au sein de ces communautés.

Les subventions permettront de financer des projets locaux dans neuf pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine afin de renforcer la résilience dans des zones riches en faune sauvage et de soutenir la protection d'espèces fauniques menacées dans leurs derniers retranchements.

Bien que des animaux apparaissent dans environ 20 % de l'ensemble des publicités diffusées dans le monde, ils ne reçoivent pas toujours le soutien qu'ils méritent. The Lion's Share offre aux marques la possibilité de prendre des mesures urgentes et significatives et de contribuer à la protection de notre planète.

Pour de plus amples informations, rendez-vous à TheLionsShareFund.com

Personnes à contacter :

Sarah Bel, PNUD (Geneva) : sarah.bel@undp.org

Christina Pascual, PNUD (New York): christina.pascual@undp.org

Florence Marin-Granger, CARTIER : florence.marin-granger@cartier.com

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UNDP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.