Gabon: La première phase des travaux de la Transgabonaise est lancée

La Première ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, a lancé vendredi 25 septembre la première phase des travaux d'une route économique qui traversera le pays de l'ouest au sud-est. Baptisée la Transgabonaise, cette voie qui sera construite dans le cadre d'un partenariat public-privé facilitera les transactions économiques entre le Gabon et ses pays voisins comme le Cameroun, la Guinée équatoriale et le Congo-Brazzaville.

Sur le bord de la route, la population déborde de joie. Elle est pourtant aux portes de Libreville, mais l'état actuel de la route est chaotique. « Merci à madame la Première ministre, car il y a à peine un mois, elle nous a dit : "le chef de l'État a demandé d'aller très vite, très vite, mais très vite !", et ce matin, elle nous l'a encore prouvé », lance Alain Valery Bourobou Boussamba, le député du département du Komo Kango.

La Transgabonaise traversera six des neuf provinces du Gabon sur 828 kilomètres. Plusieurs tronçons sont déjà bitumés. La Première ministre a annoncé il y a un mois à l'Assemblée nationale que le chantier serait achevé en 2023.

Les députés de l'opposition ont émis des réserves mais Rose Christiane Ossouka Raponda persiste. « Le chef de l'État a dit : "ce projet ira jusqu'en 2023". Il l'a dit. Ce qui veut dire que le gouvernement va suivre pas à pas tout ce qui sera fait autour de cette construction-là », a-t-elle insisté.

2023 marquera la fin du second septennat d'Ali Bongo, initiateur de la Transgabonaise. L'échec du projet pourrait servir d'argument électoral pour ses opposants.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.