Sénégal: Pour avoir fraudé à l'examen - L. Diakhaté condamné à 15 jours ferme

25 Septembre 2020

Candidat au baccalauréat, L. Diakhaté a accepté de rendre service à un ami d'enfance, en passant à sa place le Brevet de fin d'études moyennes (Bfem). Il a écopé de deux ans dont quinze jours ferme pour fraude à l'examen et faux dans un document administratif.

Au lieu de s'occuper de son baccalauréat, L. Diakhaté a repassé le Brevet de fin d'études moyennes (Bfem) pour l'un de ses amis d'enfance et l'a décroché avec brio. Ce sont les bonnes notes que son ami n'a jamais réussi à obtenir durant l'année scolaire qui ont mis la puce à l'oreille des camarades du candidat. Il s'y ajoute que ces mêmes camardes de classe n'ont pas vu leur copain durant les trois jours d'examen. Des détails qui les ont conduits à se présenter au président du jury pour en avoir le cœur net. C'est dans ces circonstances que la supercherie a été découverte.

À la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, hier, L. Diakhaté a reconnu les faits sans hésitation. Jugé pour faux dans un document administratif et fraude à l'examen, il admet avoir mis sa photo sur la carte d'identité scolaire du candidat. Ce dernier comptait sur ce diplôme pour trouver du travail et il l'a aidé et a composé durant trois jours pour lui, sauf pour l'anglais. «Vraiment je regrette », s'est-il excusé. Lui-même candidat au baccalauréat, il a eu un malaise la veille de l'examen et n'a pas pu le passer. «Au lieu de t'occuper de ton avenir, tu prends de gros risques pour une autre personne », s'est étonnée la présidente du tribunal. Le procureur de la République a jugé les faits constants et a requis l'application de la loi pénale. Me Mamadou Diaw a demandé au tribunal de donner une chance à son client, de passer la section d'octobre. Les faits sont graves mais le conseil sollicite la clémence. L. Diakhaté a été condamné à deux ans dont quinze jours ferme. «C'est un avertissement », lui a lancé la présidente.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.