Sénégal: Lancement des travaux du projet de dépollution de la baie de Hann - Dans 3 ans, Dakar retrouvera son paradis perdu

26 Septembre 2020

Le ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Serigne Mbaye Thiam, a procédé, hier, à Dakar, au lancement des travaux de dépollution de la baie de Hann. Le coût du projet, qui sera exécuté en trois ans, est de 93 milliards de FCfa (Ttc) dont 73,3 milliards de FCfa représentant le montant des travaux. L'objectif de ce vieux projet est de faire retrouver à la baie de Hann, considérée comme l'une des plus belles du monde, son lustre d'antan.

L'expression est revenue plusieurs fois dans les allocutions des officiels : «l'attente a été longue». Pendant plus de 20 ans, les populations riveraines de la baie de Hann, que les nostalgiques qualifient souvent d'une des plus belles baies du monde, ont attendu la concrétisation du projet de dépollution. Ibrahima Sall du mouvement «And Suxali Yarakh» qui s'active, depuis 1999, dans le plaidoyer pour la dépollution de la baie, espère que le lancement des travaux permettra de venir à bout des pollutions liquide et solide qui ont fini par impacter la qualité de l'eau qui était jadis très prisée par les touristes, les plongeurs, en plus des pêcheurs traditionnels.

Les populations de la zone espèrent aussi que le paradis perdu pourra être retrouvé avec le projet lancé, hier, par Serigne Mbaye Thiam, ministre de l'Eau et de l'Assainissement. Dans la pure tradition lébou, les pêcheurs, pour manifester leur joie, ont offert, en arrière-plan de la vaste tente érigée à côté du quai de pêche de Hann, une scène de régate.

Le chef du projet, Moussa Guèye, a expliqué que les travaux permettront d'installer un intercepteur principal de 14.975 ml et de réaliser 7 stations de pompage. Il est prévu aussi la réalisation d'une station d'épuration, d'un émissaire marin de 3 km pour le déversement des eaux traitées. Le projet permettra aussi la réalisation de 15 km de réseaux secondaires pour le raccordement des industriels, la réalisation, l'assèchement du Canal 6 et l'installation de 30 km de réseaux secondaires et 2.000 branchements domiciliaires pour le raccordement des populations. Il est aussi prévu l'assainissement du Port autonome de Dakar avec le drainage des eaux usées et pluviales. Cela va impacter positivement la vie de 500.000 personnes qui auront accès à un assainissement adéquat en plus du raccordement de 120 industriels au réseau d'assainissement.

Le ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Serigne Mbaye Thiam, a assuré qu'avec ce projet, l'espoir de la population, aussi bien résidente que celle qui s'active à la baie, sera concrétisé après près de deux décennies d'attente. Même si d'aucuns ont avancé que la baie était morte écologiquement, le ministre a indiqué que «dans trois ans, elle sera dépolluée avec un système d'assainissement adéquat». Il a engagé l'entreprise contractante au respect des délais. Monsieur Thiam a souligné que le projet engendrera une amélioration notable des conditions de vie des populations riveraines, tout en réduisant les incidences des maladies hydriques.

Fierté des partenaires

Le coût global du projet est de 93 milliards de FCfa (Ttc), selon le ministre dont 26,6 milliards de FCfa dans le Budget consolidé de l'État du Sénégal, y compris 22,7 milliards de taxes; les 73,3 milliards représentant le coût des travaux hors taxe. Le financement est composé de 34,8 milliards de FCfa de prêt de l'Agence française de développement (Afd), 13,1 milliards de subvention non remboursable des Pays-Bas, 9,1 milliards de FCfa de subvention non remboursable de l'Union européenne et 9,4 milliards de FCfa de prêt en négociation presque bouclée auprès de la Banque chinoise de développement.

Les ambassadeurs de France, Phillipe Lalliot, des Pays-Bas, Joan Wiegman, de la Chine, Xiao Han, et de l'Union européenne (Ue), Irène Mingasson ont tous dit leur fierté de participer à ce projet qui va améliorer l'environnement de cette partie de la capitale.

L'engagement du chef de l'État magnifié

Serigne Mbaye Thiam a rappelé que le projet découle d'un fort engagement du Président de la République, en faveur de l'assainissement, un des 5 accès universels. «À un moment critique où la survie du projet de dépollution de la baie de Hann était encore en jeu, il a fallu l'intervention personnelle du Chef de l'État, Macky Sall, pour le débloquer et nous conduire à la cérémonie d'aujourd'hui. La dépollution de la baie de Hann sera une des réalisations phares à inscrire dans le bilan du Chef de l'État», a-t-il indiqué.

Les maires entre satisfaction et doléances

Au moins, neuf communes sont impactées par le projet de dépollution de la baie de Hann. Il s'agit de Hann Bel Air, Dalifort, Mbao, Thiaroye Sur Mer, Diamaguène Sicap Mbao, Guinaw Rail Sud, Guinaw Rail Nord, Tivaouane Diacksao, Thiaroye Gare. Abdoulaye Pouye, le maire de Mbao, parlant au nom des maires de la baie de Hann, s'est réjoui de constater que ce projet, qui va impacter la vie de 500.000 personnes, va changer le visage de 9 communes de la région de Dakar. Toutefois, même si «le projet a des objectifs nobles», il reconnaît qu'il avait engendré des incompréhensions avec certaines populations, dont celles de Mbao. D'ailleurs, il a confié que ses administrés qui s'inquiètent de la question de l'avancée de la mer espèrent que ce phénomène ne sera pas accentué par le projet.

Les populations de Mbao demandent aussi la restructuration et la régularisation de leurs villages traditionnels de même que le branchement de tous les quartiers au réseau d'assainissement. M. Pouye a aussi noté que les populations de Thiaroye sur Mer veulent la restructuration de leurs habitats en plus des branchements sociaux. Cette requête a été confirmée par le maire de Thiaroye Sur Mer, Ndiaga Niang, qui a salué l'engagement des autorités à réaliser ce problème malgré les difficultés. Quant au maire de Hann Bel Air, Babacar Mbengue, il a assuré que sa collectivité territoriale sera aux côtés des autorités pour la réalisation du projet de dépollution de la baie de Hann qui a été attendu pendant de longues années.

Concept pollueur-payeur : l'engagement des industriels

Le représentant des industriels, Amadou Guèye, président de l'Union des prestataires, industriels et commerçants du Sénégal (Upic), a affirmé aussi que leur organisation, qui a toujours pris part aux concertations sur la dépollution de la baie de Hann, va s'engager dans ce vaste projet. Surtout que, a souligné le ministre Serigne Mbaye Thiam, le projet est un levier pour faire avancer la réforme en cours dans le secteur par l'introduction du principe pollueur-payeur. Cela, à travers l'application de la redevance assainissement industriel et la mise en place de mécanisme de prétraitement des eaux par les industriels. D'ailleurs, l'Upic, qui compte 120 entreprises, a signé un protocole d'accord avec les autorités pour la mise en œuvre du concept pollueur-payeur depuis 2010.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.