Angola: La ministre de la Famille encourage la réintégration des enfants dans leur famille

Luanda — La ministre de l'Action sociale, de la Famille et de la Promotion de la femme, Faustina Alves, a encouragé vendredi, à Luanda, les directions municipales de son secteur à poursuivre l'activité de localisation et de réinsertion des enfants perdus au sein de leur famille.

Faustina Alves a fait ces déclarations lors de son discours à l'ouverture d'un séminaire sur « les procédures administratives et judiciaires d'adoption d'enfants en Angola», ayant souligné la nécessité d'insérer dans la famille les enfants perdus ou prétendument abandonnés.

Selon la ministre, les bureaux des affaires familiales dan les Cours provinciales devraient créer un registre unique des candidats à l'adoption et des demandeurs pour faciliter le processus.

Elle a également fait appel au tribunal pour mineurs pour qu'il poursuive ses travaux sur le processus d'autorisation provisoire et exceptionnelle pour l'accueil des enfants en état d'abandon confirmé ou en danger.

D'après la ministre, il est important de réfléchir à la nécessité de définir une entité responsable du respect des engagements internationaux pris, dans le cadre de la Convention sur la protection des enfants.

À son avis, les directeurs municipaux de l'Action sociale ont été en mesure d'interpréter strictement les directives émises par le Ministère de l'Action sociale, de la famille et de la promotion de la femme (Masfamu), concernant principalement la protection des enfants en situation de vulnérabilité sociale.

Selon l'Institut national des enfants (INAC), l'Angola a inscrit plus de deux mille personnes sur la liste d'attente pour le processus d'adoption.

L'Angola compte 118 foyers pour enfants, où au moins huit mille enfants sont hébergés.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.