Congo-Kinshasa: Industries extractives - Jean-Baudouin Mayo et José Sele Yalaghuli accusés de saboter le processus de la transparence

L'Association africaine de défense des droits de l'homme (Asadho) reproche au vice-Premier ministre, ministre du Budget et au ministre des Finances de geler des fonds destinés au fonctionnement et aux activités de l'Initiative de transparence dans les industries extractives (ITIE-RDC), contrairement aux instructions du chef de l'Etat données au Premier ministre, de s'assurer que tout soit fait pour que les objectifs relatifs à la transparence dans le secteur minier soient atteints.

L'Asadho reproche au vice-Premier ministre, ministre du Budget et au ministre des Finances de bloquer le financement des activités de transparence dans les mines, particulièrement à l'ITIE. Lors d'une conférence de presse organisée le 25 septembre au siège de l'ONG par son président nationale, Me Jean-Claude Katende, cette organisation regrette que, malgré les démarches faites par les animateurs de l'ITIE et les mises en garde des organisations de la société civile pour le décaissement rapide des fonds destinés à l'ITIE-RDC, « le blocage reste total ».

Au cours de cette activité, qui a été un plaidoyer vers les autorités en faveur de la transparence dans les industries extractives, Me Jean-Claude Katende, a rappelé l'importance de cette structure dans la transparence du secteur minier et extractif. A l'en croire, c'est grâce à l'ITIE que les informations relatives au contexte de travail des sociétés minières et pétrolières ainsi qu'aux paiements qu'elles effectuent auprès du gouvernement sont mises à la disposition des institutions publiques (président de la République, parlement et gouvernement), ainsi que des citoyens. Sans cette initiative, a-t-il fait savoir, le secteur minier et pétrolier de la République démocratique du Congo (RDC) serait dans une opacité totale.

Des financements gelés

Me Jean-Claude Katende regrette, par ailleurs, que malgré l'importance de cette initiative et son rôle, l'ITIE n'ait plus de financement de la part du gouvernement congolais depuis sept mois. « Les agents du secrétariat technique qui sont chargés d'assurer la mise en œuvre de l'ITIE au quotidien sont impayés. Les activités nécessaires à la mise en œuvre de la norme et à la réalisation des recommandations faites par le conseil d'administration de l'ITIE pour la validation de la RDC ne sont plus réalisées », fait savoir le président de l'Asadho. Et de se convaincre que ce blocage était l'œuvre du vice-Premier ministre, ministre du Budget, Jean-Baudouin Mayo Mambeke, et du ministre des Finances, José Sele Yalaghuli.

L'Asadho, qui rappelle que le chef de l'Etat avait recommandé au Premier ministre, lors de la 49ème réunion du conseil des ministres, de s'assurer que tout est fait pour que les objectifs relatifs à la transparence dans le secteur minier soient atteints, note que l'attitude de ces deux membres du gouvernement de la République était contraire à cette demande faite par le président de la République. Pour cette ONG, en effet, « on ne peut pas atteindre lesdits objectifs avec le personnel du secrétariat technique de l'ITIE démotivé et abandonné par le gouvernement depuis sept mois et aussi, sans libération systématique de la dotation destinée à couvrir les activités de la feuille de route des priorités adoptée par le comité exécutif pour la production du rapport ITIE au 31 décembre 2020 ».

Agir pour la transparence des mines

De l'avis de l'Asadho, si le gouvernement tient à la transparence dans les mines, il devra urgemment mettre les moyens nécessaires à la disposition de l'ITIE-RDC pour que les recommandations du conseil d'administration de l'ITIE soient mises en œuvre. Sinon, a prévenu l'association, le pays sera suspendu de ce processus.

L'Asadho qui rappelle qu'on ne pouvait pas vouloir une chose et son contraire, à la fois, dit attendre du président de la République, de s'assurer que les recommandations faites aux ministres lors des réunions du conseil des ministres, particulièrement pour la mise en œuvre de l'ITIE soient exécutées. L'ONG appelle le Premier ministre à instruire le vice-Premier ministre, ministre du Budget et le ministre des Finances de débloquer l'argent destiné au fonctionnement et aux activités de l'ITIE-RDC. Elle exhorte, par ailleurs, ces deux membres du gouvernement incriminés à ne pas saboter la mise en œuvre d'une initiative qui contribue à l'amélioration du climat des affaires et de la transparence dans le secteur extractif.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.