Ile Maurice: Manifestation citoyenne - Dialogue de sourds ?

27 Septembre 2020

Ces dernières semaines, Maurice a vécu des moments intenses de son histoire, qui resteront gravés dans le marbre.

La colère a grondé dans les rues et sur les réseaux sociaux contre le gouvernement et certains ministres. Si l'on en croit les pancartes et dires des Mauriciens, les revendications et les griefs sont nombreux. Entre «b... li deor», «non au népotisme», «sanz sa sistem la», que demandent les Mauriciens concrètement au Premier ministre, Pravind Jugnauth ?

Il fallait inévitablement se tourner vers Bruneau Laurette, l'activiste social, qui a tout déclenché. Pour lui, la demande est simple : faire primer le mauricianisme. «Je me bats pour le mauricianisme et contre l'injustice. À Maurice, quand on commet une faute légale, il y a des sanctions qui suivent. Dans notre pays, le Premier ministre a fauté. Je me bats pour que demain tous ceux qui le méritent et ont les compétences voulues, puissent travailler dans la Fonction publique. Il faut plus de transparence et que le Premier ministre assume ses torts et agisse pour les corriger. Ce n'est pas en faisant la sourde oreille que les choses vont changer», explique-t-il.

Luc Kenny Ramdhony, un habitant de Grand-Gaube, réclame la fin du népotisme. Ce jeune homme, rappelons-le, avait marché de Grand Gaube à Mahebourg lors de la dernière marche pacifique, en tenant la pancarte sur laquelle était inscrite la phrase : «Non au népotisme». «Seki mo pe demande se ki nepotism fini. Demin si to garson inn fer ban letid ki bizin, li kalifie ek ena bagaz pou fer Premie minis, li bizin gagn so sans, mem si li pa apel Ramgoolam ou Jugnauth.»

Magali Deliot, très active lors des deux marches citoyennes, estime que le Premier ministre doit être davantage à l'écoute du peuple. «Je demande au PM d'écouter les revendications du peuple car celui-ci est en train de souffrir. Les coups de gueule, c'est parce que nous sommes en colère devant tant d'injustices, de népotisme. Ça serait bien qu'il arrête de faire la sourde oreille car plus il se servira de la répression, plus le peuple sera contre lui. Il a été élu non pas pour faire ce qu'il veut mais pour travailler pour tout un pays et toute une population.» Elle est prête à faire entendre sa voix. «Nou bizin azir pou di bien nou pays.» Pour le chanteur Dr Boyzini Sold Out, le Premier ministre agit comme si le pays lui appartient. «Mo repros li parski li panse Moris pou li. Ek larzan leta pou so fami. Li pa ena drwa dir enn kominote ki sak lane li depans kas ek zot alor ki kas leta tou kominote gagne kan ena bann program relizie... sa vreman montre so mantalite kouma été.»

Sephora Véronique, Mauricienne présente aux récentes manifestations à Mahébourg, fait un simple reproche. «Je lui reproche d'être déconnecté de la souffrance mauricienne, de ne pas réagir contre la corruption, les injustices (justice à deux vitesses, deux poids deux mesures), contre l'inégalité des chances, les cover-up ; de laisser s'instaurer le backing au lieu de la méritocratie ; d'avoir une tendance dictatoriale. Il n'y a qu'à voir la Covid Act, le gaspillage/pillage des fonds publics. Le pays est blacklisted. Le Premier ministre et son gouvernement sont les pires qu'on ait connus, un total flop. Entre arrogance et incompétence, il y a tellement à dire ; ce gouvernement a laissé souiller notre paradis ; il est une honte.»

Donc, entendra, entendra pas ? Après la claque magistrale administrée par le cardinal Piat, qui a rappelé les maux de la société dans son homélie lors du pèlerinage du Père Laval, les Mauriciens s'attendaient à voir du changement mais malheureusement la situation semble stagner.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.