Congo-Kinshasa: Lancement de RAM - Un signal fort pour assainir le secteur des télécommunications

La RDC est entrée, depuis le jeudi 24 septembre 2020, dans l'ère de la sécurité des utilisateurs des appareils mobiles. C'est grâce au lancement officiel du Registre d'appareils mobiles, mieux connu sous l'acronyme de RAM. Ce dernier est implémenté par l'Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications du Congo (ARPTC).

Le RAM propose, en effet, 3 principaux services aux propriétaires des appareils mobiles : vérifier le numéro de l'identité internationale de l'équipement mobile (IMEI) de leurs appareils mobiles, enregistrer leurs appareils Multi-SIM et rester à jour sur les frais du service RAM. Pour éviter d'être taxé plusieurs fois, le propriétaire d'un téléphone multi-SIM devra enregistrer ses IMEI sur www.ram.cd. Puis, vérifier l'IMEI gratuitement dont l'utilisation est facile, selon les experts.

Optimiser la sécurité et la qualité des services des réseaux mobiles, protéger les utilisateurs des effets toxiques des appareils contrefaits et lutter contre le vol et la contrefaçon des appareils, le Registre central des appareils mobiles, registre central d'identité d'équipement, mieux connu sous l'acronyme de RAM, vient mettre un terme, par ses objectifs, aux soucis permanents des propriétaires de téléphones portables et aider le gouvernement à mieux prendre en charge ses responsabilités sécuritaires. Le marché parallèle de la contrefaçon et le vol de téléphones mobiles sont devenus des phénomènes mondiaux aux conséquences sécuritaires, sanitaires, économiques et sociales graves. La lutte contre ceux-ci est plus que jamais d'actualité à travers le monde.

RAM va régulariser le secteur mobile et freiner les importations frauduleuses des téléphones, en levant les barrières aux appareils contrefaits. C'est ainsi qu'il faille certifier la validité des numéros d'identité internationale de l'équipement mobile (IMEI) des appareils mobiles sur toute l'étendue de la RDC, bloquer l'accès au réseau, dans un délai de deux ans maximum, à tout appareil mobile contrefait, bloquer sous condition l'accès au réseau à tout appareil mobile volé ou perdu et bloquer l'accès au réseau à tout appareil mobile n'ayant pas payé les frais de certification.

Vérifier son le statut devient aisé

En effet, les téléphones contrefaits ne respectent pas les normes de base de sécurité électrique et comportent des substances dangereuses comme le plomb dans des proportions non contrôlées. Ils ont un impact sur la santé physique, la sécurité des données, la sécurité nationale et sur les finances de l'Etat. C'est dans ce contexte que le gouvernement de la RDC a eu la lumineuse idée de les contrer et a décidé de mettre en place RAM. Si c'était difficile à faire auparavant, aujourd'hui connaître le statut de son téléphone est chose aisée. Il suffit d'envoyer son numéro d'IMEI par sms au 1216 ou le vérifier sur le site de RAM, dans la rubrique "Quel est le statut de mon appareil ?".

Frais et mode de paiement du service

Cette opération coûtera, en fonction du type d'appareil : 0,17 USD pendant 5 mois et le dernier paiement 0,15 USD, soit 1 USD pour l'année pour les appareils 2G et 1,17 USD pendant 5 mois et le dernier paiement 1,15 USD, soit 7 USD pour l'année pour les appareils 3G/4G.

Les paiements se feront de manière simple. Pour les appareils en local, les comptes principaux de recharge seront débités tandis que pour les appareils en itinérance, le paiement se fera à partir du site web www.ram.cd ou de la banque partenaire.

La fréquence des paiements sera marquée par la même simplicité. Pour les appareils en local, le paiement se fera une fois par mois pendant 6 mois pour toute l'année tandis que pour les appareils en itinérance, il se fera en une seule tranche pour toute l'année. L'ARPTC a mis fin à la hantise permanente des propriétaires de téléphones, laquelle sera bientôt qu'un lointain cauchemar.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.