Cote d'Ivoire: Il faut «arrêter de faire peur aux Ivoiriens», fustige Alassane Ouattara

Après la visite de la région du Morounou au début du mois, le président ivoirien a passé quatre jours dans la région de la Marahoué. Au terme de cette nouvelle « visite d'État », devant les notables et les habitants de Bouaflé, dans le centre du pays, Alassane Ouatarra s'est adressé à ses adversaires politiques.

« Le droit a été dit et le jeu démocratique est maintenant ouvert », a assuré le président ivoirien à Bouaflé.

Loin de répondre aux demandes de l'opposition qui réclame notamment les dissolutions de la Commission électorale indépendante (CEI) et du Conseil constitutionnel, Alassane Ouattara a fustigé ses adversaires. Il les accuse d'instrumentaliser les jeunes « au lieu de leur trouver des emplois ». Il dénonce des tentatives de perturbations du processus électoral. « Il faut arrêter de faire peur aux Ivoiriens. Je sais que les appels à la désobéissance civile n'iront nulle part » a commenté le chef de l'État, en référence à l'appel à la mobilisation lancé une semaine plus tôt par le « front uni » de l'opposition.

L'opposition clouée au pilori

La visite présidentielle a pris des allures de meetings lorsque que le Premier ministre est monté à la tribune. Hamed Bakayoko a longuement défendu le bilan des dix dernières années et a vilipendé les opposants. « Inconscients », « ils incitent à la violence, ils incitent à la rébellion » a-t-il dénoncé. « S'il y a des destructions de biens publics ou privés, le soir on sera à votre maison pour vous apporter la note », a prévenu le Premier ministre.

Au cours des derniers mois, Alassane Ouattara a multiplié ces visites en région, où il a enchaîné les inaugurations de routes ou l'électrification de villages. Depuis quelques semaines, l'opposition accuse la présidence d'user des moyens de l'État pour faire campagne en vue de l'élection présidentielle.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.