Cote d'Ivoire: Le CNDH appelle au dialogue

25 Septembre 2020

Le Conseil national des droits de l'homme appelle au dialogue après la libération des proches de Guillaume Soro et demande une enquête sur les violences d'août.

Le Conseil national des droits de l'homme (CNDH), un organisme public, appelle à l'ouverture d'un dialogue pressant et inclusif ainsi qu'à l'ouverture d'une enquête sur les allégations de violences constitutives de violations des droits de l'homme les dernières semaines.

Des violences, dans le sillage de l'annonce de la candidature du président Alassane Ouattara à un troisième mandat controversé, avaient fait une quinzaine de morts en août dans le pays.

Une dizaine de proches de l'ancien chef rebelle et ex-Premier ministre Guillaume Soroont été libérés après neuf mois de prison. La candidature à la présidentielle du 31 octobre de Guillaume Soro n'a pas été retenue par le Conseil constitutionnel sur fond de tension politique.

D'autres opposants sont toujours en détention. Une figure de la société civile ivoirienne, Pulcherie Gbalet, qui avait appelé en août à des manifestations contre un troisième mandat du président Ouattara, est incarcérée depuis un mois.

Ou encore, Justin Koua, président de la jeunesse de l'opposition FPI-pro Gbagbo a été arrêté il y a une semaine sur son lieu de travail à Korhogo dans le nord du pays et transféré quelques jours après dans une prison à Bouaké dans le centre.

Même si le CNDH se félicite de la libération des proches de Guillaume Soro, il demande la remise en liberté des autres politiciens toujours en détention. Dans une interview accordée à la DW, sa présidente Sangare Namizata dit attendre un acte fort de la part des hommes politiques ivoiriens. (Ecoutez l'interview en cliquant sur l'image ci-dessus).

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.