Afrique: L'Afrique doit s'attaquer au fardeau de sa dette une fois la pandémie sous contrôle

Le président Paul Kagame et d'autres dirigeants africains sont rejoints par la chancelière allemande Angela Merkel lors du Pacte du G20 avec l'Afrique qui s'est tenu à Berlin, en Allemagne.
interview

Carlos Felipe Jaramillo a récemment été nommé vice-président de la Banque mondiale pour la région Amérique latine et Caraïbes. Il était, jusqu'à sa récente nomination, le Directeur national de la Banque pour le Kenya, le Rwanda, l'Ouganda et la Somalie, basé à Nairobi. Raphael Obonyo a interviewé M. Jaramillo sur les efforts de la Banque mondiale pour aider les pays africains à réagir et à se remettre de COVID-19.

Afrique Renouveau : Comment la Banque mondiale aide-t-elle des pays comme le Kenya et d'autres à vaincre et à faire face à l'impact de la pandémie COVID-19 ?

M. Jaramillo : Nous nous sommes attachés à aider des pays comme le Kenya à répondre à la pandémie COVID-19 par un effort mondial massif. Au cours des trois premiers mois de la pandémie, nous avons pu approuver rapidement 100 crédits d'urgence pour la santé dans 100 pays, dont le Kenya, la Somalie, l'Ouganda et le Rwanda.

Pour le Kenya en particulier, nous avons effectué à la mi-mars un décaissement d'urgence très rapide au titre d'un projet en cours de 10 millions pour que le gouvernement commence immédiatement à acquérir des kits de test, des équipements de protection individuelle (EPI), des réactifs de laboratoire et d'autres fournitures essentielles. Cela a permis au Kenya d'adapter les installations pour l'isolement et d'autres actions d'urgence. Début avril, nous avons approuvé un premier prêt de 48 millions de dollars pour compléter les besoins de financement du ministère de la santé et de l'ensemble du système de santé.

La crise s'étant aggravée et ayant affecté l'économie au sens large et les moyens de subsistance des populations, nous avons déclenché la deuxième étape, qui consiste en un crédit concessionnel d'un milliard de dollars pour aider le gouvernement à continuer à financer ses opérations et à fournir des services publics. En outre, nous avons augmenté les allocations de la Banque mondiale aux programmes de protection sociale au Kenya.

Nous continuons à soutenir l'initiative Inua Jamii qui aide les familles pauvres, les orphelins et les personnes âgées. Quelque 1,1 million de familles kenyanes ont bénéficié de ce programme. Nous voulons donner la priorité au soutien aux micro, petites et moyennes entreprises (MPME), qui fournissent des emplois et des moyens de subsistance à de nombreux Kenyans ordinaires.

Qu'en est-il de la relance? Comment la Banque mondiale pourrait-elle aider ?

Il y a trois grandes priorités pour le Kenya qui, je pense, sont également très pertinentes pour le reste de l'Afrique de l'Est. La première concerne l'emploi et les PME, qui sont l'épine dorsale de l'économie. Nous aidons à relancer ces PME, dont beaucoup sont dirigées par de jeunes entrepreneurs et engagent de nombreux jeunes.

Le deuxième est l'approfondissement de l'économie numérique. La capacité numérique s'est avérée être un outil inestimable pendant cette pandémie, permettant aux gens de travailler à domicile et aux enfants de poursuivre leur scolarité. Même les patients peuvent accéder à des conseils médicaux par des moyens numériques et, bien sûr, nous avons des paiements numériques et d'autres services financiers numériques.

L'économie numérique fera partie de notre façon de faire des affaires à l'avenir. Le Kenya est un leader mondial dans ce domaine, et je pense qu'il doit continuer à être un bon exemple pour l'Afrique et pour le monde. Mais il faut investir davantage dans le secteur pour que 100 % des Kenyans ordinaires aient accès à la large bande.

Le troisième secteur est celui de l'eau et de l'assainissement. Une fois de plus, la pandémie a révélé quelque chose que nous savions déjà, à savoir que nos pays souffrent de pénuries d'eau chroniques, que les grandes villes et les centres économiques manquent cruellement d'eau et que l'agriculture est souvent entravée par la sécheresse. Trop de Kenyans n'ont pas accès à l'eau et à l'assainissement. Par exemple, dans les comtés du nord et du nord-est du Kenya, l'accès à l'eau potable n'est accessible qu'à moins de la moitié de la population et seul un tiers a accès à des installations sanitaires améliorées.

Quelles sont vos principales réalisations au Kenya, au Rwanda, en Ouganda et en Somalie ?

La Banque mondiale a pour mission d'éliminer la pauvreté dans le monde et de promouvoir une prospérité partagée, et je suis très fier du travail que nous avons accompli dans tant de domaines. Nous sommes impliqués dans l'amélioration de la santé, de l'éducation, des filets de sécurité sociale, de la durabilité environnementale et de l'agriculture, ainsi que dans le soutien au secteur privé. Je suis également fier de la réponse de COVID-19 de ces derniers mois. Je me réjouis de nos projets agricoles au Kenya et dans d'autres pays.

Le projet d'agriculture intelligente du Kenya, évalué à 250 millions de dollars, vise à accroître la productivité agricole et à renforcer la résilience des petits exploitants agricoles et des communautés pastorales face aux risques du changement climatique. Il est très novateur, car il encourage la recherche et forme les agriculteurs aux meilleures pratiques intelligentes en matière de climat.

J'apprécie également le soutien que nous avons apporté au programme de bons électroniques que le gouvernement kenyan a étendu aux petits exploitants agricoles pauvres. Ces agriculteurs reçoivent des transferts pour acheter des semences et des engrais.

Au Rwanda, nous avons contribué à améliorer l'accès à l'électricité. En 2009, seulement 6 % de la population rwandaise avait accès à l'électricité ; aujourd'hui, c'est environ 40 %. En outre, 100 % des hôpitaux et 80 % des écoles du Rwanda sont maintenant connectés à l'électricité.

En Ouganda, au cours des trois dernières années, nous avons mobilisé 500 millions de dollars de subventions pour aider les réfugiés et leurs communautés d'accueil à améliorer les installations sanitaires, l'éducation, les services d'eau, entre autres. Cette aide vient appuyer l'admirable politique d'ouverture de l'Ouganda à l'égard des réfugiés.

Enfin, nous avons normalisé les relations entre la Banque mondiale et la Somalie par l'apurement de tous les paiements en suspens dus à la banque, au FMI et à d'autres organismes. La Somalie, pour la première fois depuis près de trois décennies, a désormais accès aux ressources de la Banque mondiale. J'ai bon espoir que cela contribuera à remettre le pays sur les rails.

Comment la Banque mondiale aide-t-elle le Kenya à atteindre ses objectifs de développement ?

Je suis fier de l'Initiative pour le développement du Nord et du Nord-Est (NEDI) que la Banque mondiale a lancée en 2018, avec un financement d'un milliard de dollars. Les régions du nord et du nord-est du Kenya sont historiquement mal desservies et affichent des performances inférieures à la moyenne nationale en ce qui concerne les indicateurs de développement. Nous nous sommes concentrés sur l'électricité, l'eau, les activités agricoles et pastorales et la santé, et nous essayons d'aider cette région et ces comtés à améliorer les moyens de subsistance de leurs habitants.

Le second est la déconcentration. Nous avons plusieurs projets en cours tels que le Kenya Accountable Devolution Programme et le Kenya Devolution Support Programme qui visent à aider les gouvernements des comtés à démarrer, en leur fournissant une assistance technique et en renforçant leurs capacités. Pour la première fois depuis l'institution d'un gouvernement décentralisé, deux des gouvernements de comté ont fait l'objet d'un audit favorable.

Pour l'avenir, quels sont les domaines dans lesquels les pays africains doivent s'engager en matière de gouvernance ?

La corruption est un problème. La Banque mondiale se joint à tous les gouvernements et citoyens pour lutter contre ce problème. Au cours de mon mandat, nous avons fait pression pour renforcer la transparence, les contrôles internes et les audits afin d'éviter les abus de fonds publics.

Je suis fier de l'Initiative pour le développement du Nord et du Nord-Est (NEDI) que la Banque mondiale a lancée en 2018, avec un financement d'un milliard de dollars.

Nous avons soutenu la mise en place (au Kenya) du portail d'information sur les marchés publics www.tenders.go.ke, qui publie des milliers de contrats gouvernementaux attribués, avec des informations sur le montant, l'entreprise sous contrat et les propriétaires de cette entreprise. Il contient même des informations sur l'organisme gouvernemental et les employés qui ont constitué le jury de sélection. C'est un excellent exemple de la manière dont les outils numériques peuvent être utilisés pour promouvoir la transparence et la responsabilité au sein du gouvernement.

Nous devons continuer à renforcer les institutions, les processus et les capacités.

Comment la Banque mondiale soutient-elle les ménages les plus vulnérables ?

Nous avons plusieurs projets axés sur ce point. Je voudrais en souligner deux. Un projet novateur au Kenya, et je pense que c'est le premier du genre, s'appelle le Programme d'assurance du bétail du Kenya qui a été lancé en 2015. Ce projet assure les éleveurs, principalement dans les comtés pauvres arides et semi-arides, contre la perte de leur bétail en cas de sécheresse. Pour ce faire, il a recours à l'imagerie par satellite. Si une perte de pâturage est détectée par le satellite, un versement à la famille est déclenché. L'année dernière, nous avons assuré 20 000 familles vulnérables et nous essayons de passer à la vitesse supérieure.

Le deuxième projet est le projet d'emploi et d'opportunités pour les jeunes du Kenya, qui vise à former les jeunes, à les aider à obtenir leur premier emploi et à les rendre productifs.

Nous nous sommes également engagés à autonomiser les femmes pour que le Kenya maximise leur productivité économique et approfondisse les résultats du développement. La banque soutient le gouvernement dans l'intégration de l'égalité des sexes dans la conception et la mise en œuvre des projets. La pandémie COVID-19 a mis en évidence la vulnérabilité des femmes et des filles à diverses formes de violence sexiste (GBV), avec une augmentation spectaculaire des cas signalés ces derniers mois.

Comment la Banque mondiale traite-t-elle les niveaux élevés d'endettement des pays ?

Malheureusement, de nombreux pays africains ont des niveaux d'endettement relativement élevés, ce qui signifie qu'ils n'ont pas suffisamment de ressources fiscales pour répondre à la crise et aider les personnes et les PME à préserver les emplois. Il est important de maintenir des niveaux d'endettement modérés pour pouvoir répondre à des chocs inattendus. Et nous sommes heureux de continuer à travailler avec les pays pour renforcer les cadres budgétaires. Lorsque la pandémie sera maîtrisée et que les économies commenceront à se redresser, la priorité sera alors de s'attaquer au problème de la dette.

World Bank

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.