Afrique: Nations Unies - Madagascar propose un agenda global post-Covid

« Un agenda global post-Covid ». C'est ce que Madagascar propose pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire causée par la pandémie du coronavirus. Une proposition soulevée dans le discours prononcé par Christian Ntsay, Premier ministre, à l'occasion de la 75e Assemblée générale des Nations Unies (ONU ), samedi.

« Madagascar considère qu'il est urgent de combler rapidement le retard que le monde a accumulé dans les réflexions et actions communes et synergiques face aux impacts de la Covid-19 », déclare le locataire de Mahazoarivo, dans son allocution préenregistrée et diffusée à la tribune de l'ONU. Il ajoute que la pandémie « a mis en lumière les limites du multilatéralisme en termes de coopération dans le domaine de la santé, et qu'il est fondamental de corriger sur un nombre de domaines variés et importants (... ) ».

Selon le chef du gouvernement, « l'apparition inattendue et la virulence de la Covid-19 ont mis au jour nos insuffisances collectives face à une menace commune ». L'agenda global post-Covid proposé par la Grande île vise à ce que les effets induits par la pandémie de coronavirus « ne remette pas en cause l'atteinte des objectifs de l'Agenda 2030 ». Il sera sous la houlette des Nations Unies, selon le Premier ministre.

Omission

L'initiative soulevée par le Premier ministre à la tribune de l'ONU implique ainsi, quelques « impératifs ». La mise en place de mécanismes de financement des systèmes de santé est, notamment, souligné. Elle prévoit, également, la conception et la promotion « d'un nouveau concept (... ) favorisant les initiatives globales, régionales et locales dans la production des intrants médicaux, notamment, des médicaments et des vaccins ».

Dans son allocution, Christian Ntsay a souligné le fait que le remède traditionnel amélioré CovidOrganics (CVO), a été pour beaucoup dans « la maîtrise de l'expansion de la Covid-19 à Madagascar ». Tablant sur son bilan dans la lutte contre le coronavirus, justement, la Grande île compte officialiser prochainement la production industrielle du CVO sous forme de gélule, baptisé CVO+.

Pour la deuxième année consécutive, Andry Rajoelina, président de la République, laisse à Christian Ntsay, le rôle de parler au nom de la nation malgache devant l'Assemblée générale des Nations Unies. La pandémie de Covid-19 étant, le rendez-vous a adopté une formule inédite cette année. Les déplacements habituels à New York ne se sont pas faits. Les discours ont été préenregistrés.

Certes, la pandémie du coronavirus est le principal sujet d'intérêt international. Seulement, le Premier ministre a omis de soulever à la tribune mondiale la principale bataille diplomatique menée par Madagascar. Il n'a pas pipé mot sur le sujet qu'est la rétrocession des îles éparses.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.