Afrique: Pékin +25 - Surmonter les défis du XXIe siècle pour tenir les promesses faites aux femmes

La Déclaration et le Pprogramme d'action de Pékin, signés en 1995, engagent le monde à mettre fin à la discrimination, à promouvoir les droits des femmes et à faire progresser l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.

Cette plate-forme d'action reste un cadre d'orientation pour la réalisation des droits des femmes. Les pays africains ont réagi en traduisant les engagements d'action dans douze domaines critiques, notamment l'environnement, la prise de décision, la petite fille, l'économie, la pauvreté, la violence, les droits de l'homme, l'éducation, les institutions, la santé, les médias et les conflits armés, par le biais de cadres continentaux, régionaux et nationaux.

Cette année marque le 25e anniversaire de la mise en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable, un moment utile pour réfléchir aux progrès réalisés pour les femmes africaines et pour créer une dynamique permettant de surmonter les obstacles qui subsistent au cours de cette dernière décennie d'action.

Un récent examen régional de l'Afrique par la Commission économique pour l'Afrique, ONU Femmes et la Commission de l'Union africaine célèbre les progrès réalisés dans la promotion et la protection des droits des femmes et des filles africaines tout en reconnaissant les lacunes et la lenteur des progrès en matière d'inclusion politique, sociale et économique.

Les pays ont fait des progrès en matière de santé maternelle et ont fait progresser les droits des femmes et des filles à l'éducation, l'accès à la protection sociale, la prévention et la criminalisation de la violence sexiste ainsi que le droit constitutionnel et légal d'hériter. Les domaines de préoccupation critiques qui ralentissent les progrès des femmes africaines sont liés à la pauvreté et à l'inégalité des chances économiques ainsi qu'à l'exclusion de la prise de décision.

Autour du sujet

Réseau des femmes africaines dirigeantes; un mouvement pour la transformation de l'Afrique

"L'emploi et la sécurité alimentaire sont les priorités des jeunes en Afrique"

Les préoccupations liées à l'accès à la santé et à l'éducation, aux droits de propriété et à la vulnérabilité à la violence et aux divers chocs économiques, environnementaux et politiques sont à la base de ces défis croisés. L'une des causes profondes identifiées dans la déclaration politique issue de l'examen régional est "les pratiques traditionnelles et culturelles négatives profondément enracinées, et les normes sociales négatives qui persistent dans certains pays africains, qui continuent à désavantager les femmes et les filles".

En outre, il existe toujours un large parti pris et une réaction de plus en plus vive contre les droits des femmes. En début d'année, l'indice des normes sociales de genre du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a montré que 90 % des femmes et des hommes vivant dans 75 pays du monde entier, soit 80 % de la population mondiale, ont une sorte de préjugé contre les droits des femmes et l'égalité des sexes.

L'indice a révélé que la moitié des hommes et des femmes dans le monde estiment que les hommes sont de meilleurs dirigeants politiques, et plus de 40 % estiment que les hommes sont de meilleurs dirigeants d'entreprise et que les hommes ont davantage droit à un emploi lorsque les emplois sont rares.

Pour les 13 pays africains inclus dans l'étude, le niveau de biais est plus élevé et il augmente. Davantage de femmes et d'hommes africains sont d'accord avec l'idée que les hommes font de meilleurs dirigeants politiques et qu'il n'est pas essentiel que les femmes et les hommes aient les mêmes droits politiques.

Pour progresser dans la réalisation des droits des femmes et contribuer à lutter contre ce préjugé croissant, les décideurs politiques des pays africains doivent surmonter trois mythes :

Le progrès des femmes se fait toujours au détriment du progrès des hommes : On a l'impression que les ressources et les possibilités sont limitées et que l'autonomisation des femmes réduit les possibilités offertes aux hommes. Pourtant, la réalité d'aujourd'hui, en particulier à l'ère numérique, consiste à créer de la valeur. L'exploitation de l'ensemble du capital humain d'une nation signifie que l'on peut créer plus de valeur, et non moins. Selon une étude des Nations unies réalisée en 2017, la réduction des écarts entre les sexes en matière de participation des femmes africaines à la vie active, de travail rémunéré, d'emploi et de productivité permettrait d'augmenter le PIB de 3 à 16 %.

Seule la législation permettra de promouvoir l'égalité des sexes. Les pays africains disposent déjà de normes juridiques solides, de précédents et de législations qui favorisent l'égalité des sexes et les droits des femmes aux niveaux national, régional et continental.

C'est aux femmes sur le lieu de travail qu'il incombe de concilier travail et famille : Les femmes consacrent souvent plus de deux fois plus de temps que les hommes aux travaux domestiques non rémunérés et aux soins des jeunes et des personnes âgées. Cela limite les possibilités de travail rémunéré et ralentit la progression de la carrière. La charge doit être transférée aux institutions afin de répondre aux besoins spécifiques des femmes sur le lieu de travail. Les institutions sociales, y compris les normes sociales et les stéréotypes sexistes, devraient également évoluer vers un partage plus équitable des charges au sein du foyer afin d'élargir les possibilités d'un marché du travail inclusif. La plupart des pays africains n'ont pas encore pleinement mis en œuvre les politiques de soutien, notamment la législation sur le congé de maternité, la garde d'enfants et la protection sociale. Par exemple, seuls 22 pays africains se conforment actuellement à la recommandation de l'Organisation internationale du travail sur le congé de maternité payé. Certaines estimations montrent que la participation des femmes à la population active pourrait augmenter de 20 % grâce au congé de maternité payé.

Seule la législation permettra de promouvoir l'égalité des sexes. Les pays africains disposent déjà de normes juridiques solides, de précédents et de législations qui favorisent l'égalité des sexes et les droits des femmes aux niveaux national, régional et continental. À ce jour, 42 pays ont ratifié le protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme (Le Protocole de Maputo), entré en vigueur en 2005. Le défi consiste à faire en sorte que ces normes soient acceptées, pleinement mises en œuvre et appliquées. Il existe toujours un fossé entre les droits légaux et les pratiques et comportements dominants incarnés par les normes sociales et culturelles.

Au-delà de la concurrence, favoriser le partenariat entre tous les acteurs afin d'investir dans la participation significative des femmes dans les secteurs productifs et leur accès aux ressources pour accroître la richesse et réduire la pauvreté pour l'ensemble de la société.

Par exemple, améliorer l'accès des femmes aux intrants, aux actifs et aux marchés agricoles pour combler les écarts de productivité agricole entre les femmes et les hommes. Au Malawi, en Tanzanie et en Ouganda, la réduction de ces écarts entraînerait une augmentation combinée du PIB de 267 millions de dollars, selon ONU Femmes. Cela se traduit par la sortie de 238 000 personnes de la pauvreté au Malawi, d'environ 80 000 personnes en Tanzanie et de 119 000 personnes en Ouganda.

Au-delà du lieu de travail, transformer les droits et la protection sociale pour garantir un emploi équitable et inclusif. Les institutions publiques et privées doivent mettre en œuvre des pratiques d'emploi équitables et fournir des services sociaux adéquats.

Par exemple, l'exploitation des technologies numériques pour élargir l'accès à la protection sociale et aux services publics tels que les soins de santé, les services à l'enfance, les pensions de vieillesse, le soutien des moyens de subsistance, l'eau et l'assainissement, l'énergie à un prix abordable, permet de réduire la charge des soins. Plusieurs pays africains déploient déjà des solutions numériques pour l'accès à la santé, à l'éducation et aux transferts sociaux afin de lutter contre la COVID-19. Au Togo, une application d'auto-test COVID-19 fournit une auto-évaluation dans les langues locales tandis qu'en Côte d'Ivoire, des drones sont déployés pour assainir et diffuser des informations tout en mesurant la température. En Ouganda, Eneza Education fournit du matériel d'apprentissage par le biais de téléphones à fonctions de base. Le Maroc utilise les SMS pour identifier et distribuer des aides financières aux populations vulnérables. La transformation des normes sociales autour du travail de soins pourrait également conduire à un partage plus équitable des charges.

Au-delà de la législation, il faut changer les cœurs et les esprits et ne laisser personne derrière pour combler le fossé entre la législation formelle, les normes sociales et les institutions. De la propriété foncière à la lutte contre la violence sexiste et à la promotion d'une participation équitable à la prise de décision, les efforts fructueux pour faire progresser l'égalité des sexes ont combiné les instruments juridiques, la défense des droits, l'application des lois et la modification des normes sociales.

Par exemple, l'"école des maris" dans plusieurs pays, dont le Burkina Faso et le Niger, s'efforce de faire tomber les stéréotypes sexistes et d'inciter les hommes à mettre fin à la violence et à donner plus de pouvoir à leurs femmes et à leurs filles. Il est également de plus en plus important de défendre l'égalité des sexes entre les générations et les secteurs. C'est l'objectif du Réseau des femmes africaines dirigeantes, qui compte des sections nationales dans plus de 15 pays et qui vise à transformer l'Afrique en défendant le leadership des femmes dans les domaines de la gouvernance, de la paix, des finances, de l'autonomisation des jeunes, de l'agriculture et de la mobilisation sociale.

Banque mondiale

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.