Maroc: Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra

27 Septembre 2020

Ce baromètre se veut un outil permettant aux investisseurs, aux acteurs socio-économiques et aux décideurs régionaux d'avoir plus de visibilité sur l'évolution et les tendances des investissements au niveau de la région et ses échelons territoriaux (provinces et communes).

Avec une fréquence mensuelle de mise à jour des données, le baromètre, grâce à son interactivité, offre la possibilité d'effectuer des paramétrages permettant de faire des analyses approfondies et interactives sur la base de plusieurs critères, à savoir la période, la localité, le secteur d'activité, la nature juridique du foncier, le genre et l'origine de l'investisseur.

Dans une déclaration à la MAP, le directeur du CRI, Mohamed Amine Bekkali, a affirmé que la prochaine étape de cette action serait de mobiliser toutes les administrations productrices d'information, pour la mise en place d'un baromètre de l'économie régionale permettant de suivre, en temps réel, l'évolution de la situation socio-économique de la région et d'offrir aux investisseurs l'ensemble des informations nécessaires pour leurs décisions d'investissement.

"Nous vivons actuellement dans une ère de l'information et de la digitalisation, et nous souhaitons, grâce à cette action, encourager toutes les administrations de la région, à valoriser le capital informationnel qu'elles détiennent en le mettant à la disposition des différents utilisateurs qui en ont besoin", a soutenu le responsable régional, relevant que le baromètre est disponible sur le lien suivant(http://www.coeurdumaroc.ma). En effet, les différentes rubriques du baromètre permettent de dresser le profil des investisseurs (genre, origine, forme juridique, taille ... ) et la situation du foncier mobilisé ou sollicité (privé, domanial, collectif, forestier ... ), et de suivre la tendance d'investissement au niveau de chaque secteur et filière dans la région.

L'organisation des visuels et graphiques du baromètre et la structuration hiérarchique des données de chaque visuel permettent également d'effectuer des analyses très fines et pointues pouvant orienter et ajuster la stratégie de développement des investissements.

La bonne tenue du secteur extractif se confirme au deuxième trimestre

La bonne tenue du secteur extractif au deuxième trimestre 2020 s'est confirmée par une progression de son indice de production de 7,6%, après un recul de 0,4% un trimestre plus tôt et de 1,2% un an auparavant, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF). Cette hausse intervient parallèlement au renforcement du volume de la production de phosphate roche, principal composante du secteur, de 9,1% (après +0,1% et -1,3% respectivement), fait savoir la DEPF dans sa note de conjoncture de septembre 2020. En moyenne, l'indice de production du secteur a augmenté de 3,6% au terme du premier semestre 2020, après +2,8% il y a une année, précise la même source. Du côté des échanges extérieurs, le volume des exportations de phosphate roche s'est renforcé de 5,5% à fin juillet 2020, indique la DEPF, ajoutant que les ventes à l'étranger des dérivés de phosphates se sont affermies en volume de 14,4% au cours de la même période. Toutefois, sous l'effet de la baisse des prix, le chiffre d'affaires total à l'export du groupe OCP a baissé de 4,2% pour se situer à 28,8 milliards de dirhams (MMDH).

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.