Gabon: COVID-19 - Les explications de Lambert Matha

28 Septembre 2020

Le ministre gabonais en charge de l'Intérieur a animé un point de presse le samedi dernier à Libreville sur la situation épidémiologique. Aussi, était-il question pour Noël Lambert Matha de donner plus de précisions quant à l'annonce que le gouvernement avait faite 30 juin 2020 . Laquelle annonce prévoyait l'assouplissement de certaines mesures restrictives liées à la lutte contre la propagation de la Covid-19.

Mesdames et Messieurs de la Presse,

A l'annonce de ce point de presse, les professionnels de la communication que vous êtes, avez certainement hâte d'entendre le Ministre de l'Intérieur sur la problématique de la réouverture des lieux de cultes. Toutes choses que je vais me faire le plaisir d'étayer.

En effet, le30 juin 2020, le Gouvernement annonçait l'assouplissement de certaines mesures restrictives liées à la lutte contre la propagation de la Covid-19. Ce déconfinement partiel s'est traduit par :

-l'ouverture des frontières aériennes ;

le rétablissement de la circulation inter provinciale ;

l'allègement du couvre-feu qui court désormais de 20 heures à 5 heures du matin ;

l'ouverture de certains commerces.

Non concernés alors par cette réouverture, les différents ordres religieux y ont vu une volonté des pouvoirs publics de les museler ; alors que le Gouvernement menait une réflexion à l'effet de faire redémarrer les activités cultuelles et celles relevant de plusieurs autres secteurs indispensables à l'économie de notre pays et à l'existence des ménages.

S'agissant du secteur religieux, le Ministre d'Etat, Ministre de l'Intérieur dans le cadre de cette réflexion a organisé des rencontres individuelles les6, 7, et 8 juillet2020 avec les Responsables Religieux ; avant de les réunir ensemble le 9juillet 2020 afin de préparer la rencontre avec le Premier Ministre,Chef du Gouvernement le 10 juillet 202.

Cette rencontre aboutira sur la mise en place de la commission interministérielle chargée d'examiner les conditions de reprise des activités cultuelles dans un contexte encore marqué par la circulation intra-communautaire du virus. Cette Commission présidée par le Premier Ministre,Chef du Gouvernement comprend également en son sein, les Responsables des différents Ordres religieux.

Estimant que le Gouvernement n'allait pas à leur rythme, un groupe de responsables religieux a, unilatéralement,appelé à un assouplissement des mesures gouvernementales et à une réouverture des lieux de culte pour le 12 juillet 2020.

Le changement de l'équipe Gouvernementale fera que la Commission Interministérielle ne se réunisse que le 24 juillet 2020. A cette réunion prenaient part tous les Ministre concernés par cette problématique à savoir les Ministres de l'Intérieur, de l'Economie, des Affaires Sociales, du Budget, de la Santé, les leaders religieux choisis par leurs pairs ainsi que les membres du comité scientifique et technique du COPIL.

Au nombre des recommandations des travaux de ladite Commission, il y a le mandat qui est donné aux Ministres de l'Intérieur, de la Santé et aux Responsables du comité technique du COPIL de visiter les lieux de culte sur l'ensemble du territoire national pour s'assurer de l'adaptabilité du protocole sanitaire dans les différents espaces qui accueillent les fidèles. Ces visites qui ont démarré par le Grand Libreville les 25, 26, 27 et 29 juillet 2020 se poursuivent encore à l'intérieur du pays où, chaque Gouverneur, coordonnateur provincial des activités du COPIL a reçu du Comité Technique, une fiche d'évaluation de chaque lieu de culte pour l'ensemble de la province.

A ce jour, le Gouvernement est en attente des rapports des Comités Techniques provinciaux. Dans une interview accordée à un de vos confrère de la presse écrite, l'Union pour ne pas le citer,le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Madame Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA a indiqué qu'au terme de l'examen des rapports du comité technique du COPIL, le Gouvernement se prononcerait sur la question de la réouverture des lieux de culte, un des secteurs lourdement impacté par la crise sanitaire liée au corona virus ; non sans reconnaître le rôle inestimable que jouent les confessions religieuses en matière d'éducation, de formation dans notre pays.

C'est la preuve qu'il n'y a aucun conflit entre le Gouvernement et les ordres religieux, comme veut le faire croire une certaine opinion. Je l'ai d'ailleurs indiqué lors d'une récente audition devant les Conseillers Membres du Conseil Economique, Social et Environnemental(CESE). Répondant à la sollicitation de certains responsables religieux, le Président de l'Assemblée Nationale a à son tour appelé ces derniers à la retenue et à la sagesse en les invitant à se soumettre à la vision du Gouvernement.

Mieux, à la faveur de l'adresse à la Nation à l'occasion du 60ème anniversaire de l'indépendance de notre pays, le Président de la République,Chef de l'Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, a instruit le Gouvernement aux fins de l'assouplissement des mesures de fermeture des lieux de culte. Le Gouvernement s'y emploie et voudrait s'assurer que, au regard de la résurgence de la pandémie ailleurs,la tendance baissière des contaminations observée chez nous, n'est pas éphémère et trompeuse.

En dépit de la clarté de la démarche qui mène à une reprise sereine et sécurisée des activités cultuelles, réuni le 12 septembre 2020, un groupe de leaders religieux pourtant partie prenante de la Commission Interministérielle a projeté de reprendre unilatéralement leurs activités le 27 septembre prochain ;toutes choses qui sonnent dans l'opinion comme un défi à l'autorité publique.

La comparaison n'étant pas forcément raison, il faut souligner que les marchés qui sont des espaces grandement ouverts par rapport aux lieux de culte, sont restés actifs même en temps de confinement total, pour des raisons évidentes d'alimentation.

Le Gouvernement de la République, conscient de sa mission régalienne de protection et de sécurité de tous et de chaque habitant sur son territoire ne se départira pas de cette mission et reste prudent. L'allègement progressif des mesures restrictives amorcé le 30 juin dernier se poursuit pour tous les secteurs d'activités impactés,le secteur religieux ne sera pas en reste et toutes les mesures pratiques arrêtées par le Gouvernement prendront en compte non seulement le protocole sanitaire à observer dans chaque lieu de culte mais aussi les effectifs, la fréquence et la durée de chaque célébration.

Je rappelle pour conclure,que l'assouplissement qui pourrait intervenir dans quelque secteur que ce soit,je pense au secteur de l'éducation et de l'enseignement,n'occulte pas les mesures de lutte contre la pandémie, édictées par le Gouvernement,entre autres,le port obligatoire du masque,le lavage des mains et la distanciation physique.

Je vous remercie

Lambert Noël MATHA

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.