Sénégal: Covid - Mansour Faye refuse de s'expliquer sur la gestion de l'aide alimentaire d'urgence

Au Sénégal, beaucoup de commentaires ce lundi 28 septembre après une déclaration du ministre du Développement communautaire et de l'Equité sociale. Mansour Faye, par ailleurs beau-frère du président, était chargé de l'achat et de la distribution de l'aide alimentaire d'urgence pendant la pandémie de Covid-19. Une aide de 69 milliards de FCFA (plus de 105 millions d'euros). Mis en cause pour mauvaise gestion, il affirme qu'il ne répondra pas à une éventuelle convocation de l'Ofnac, l'Office national de lutte contre la fraude et la corruption.

« Tout s'est déroulé dans les règles de l'art », assure le ministre. « Les contrats ont été signés en bonne et due forme, il n'y a aucun conflit d'intérêts ». Mansour Faye a défendu dimanche sur la radio RFM la gestion de l'aide alimentaire d'urgence.

L'Office national de lutte contre la fraude et la corruption a pourtant reçu deux plaintes sur le manque de transparence autour du processus, notamment l'attribution des marchés de transport : l'une du mouvement FRAPP/France Dégage, l'autre du président du parti d'opposition FDS, le docteur Babacar Diop.

Mais Mansour Faye n'a pas l'intention de rendre des comptes. « Ces plaintes-là, je les ai suivies à travers les médias. Je n'ai pas été convoqué. Si l'Ofnac me convoque, je n'irais pas. Parce que l'Ofnac n'a pas vocation, n'a pas compétence pour convoquer un ministre. Si des responsables du ministère sont convoqués, il n'y a aucun problème, mais moi, en tant que ministre, je ne répondrai pas une convocation de l'Ofnac. »

L'Ofnac de son côté nous renvoie à la loi portant création de l'office. Le texte indique qu'il peut entendre « toute personne » présumée avoir pris part à des faits de fraude ou corruption dans le cadre de ses enquêtes. Cette position renforce donc la suspicion dans l'opinion. Mais le ministre Mansour Faye n'entend pas non plus se justifier auprès du Comité de suivi du fonds Force Covid-19, mis en place pour évaluer les aides accordées aux entreprises et ménages touchés par la pandémie. « C'est un comité de suivi », explique-t-il, « pas un comité d'audit ».

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.