Seychelles: Le pays a maintenant un plan stratégique pour guider le développement marin

Les Seychelles ont désormais leur propre politique de Plan Spatial Marin (MSP) qui fournira une feuille de route pour la planification marine et les principes directeurs afin d'éclairer le processus de prise de décision pour le développement et la conservation.

Avant son approbation par le conseil des ministres des Seychelles cette semaine, le projet de stratégie, qui a été achevé en 2019, a fait l'objet d'un examen international par des pairs, des personnes expérimentées dans la gouvernance MSP et la politique maritime, a déclaré Helena Sims - la chef de projet - à la SNA. Mme. Sims a déclaré que les commentaires de l'examen avaient été traités par le comité directeur du MSP.

Le plan spatial marin des Seychelles est une initiative dirigée par le gouvernement à la suite de l'échange primé de dette contre nature, qui a été officialisé par la création du Seychelles Conservation and Climate Adaptation Trust en 2016.

Le MSP est le premier plan marin complet dans l'océan Indien occidental et est facilité par Nature Conservancy qui a fourni le financement, la conception technique et le leadership.

Mme. Sims a ajouté que bien qu'il existe diverses lois, accords internationaux et règlements régissant la gestion de toutes les eaux des Seychelles - 115 îles de l'océan Indien occidental, «il n'y avait pas eu auparavant de processus complet, public et participatif pour planifier le développement durable et intégrer la conservation marine à grande échelle dans le contexte d'un changement climatique qui garantira également la protection écologique pour les années à venir.

En mars, cette année, la nation insulaire a légalement désigné 30% de ses eaux territoriales comme zones marines protégées.

« Le plan Marin concerne l'ensemble de la ZEE. Les discussions avec les parties prenantes pour la zone 3 - les zones à usages multiples qui représentent les 70 pour cent restants de la ZEE et les plans de gestion pour les zones 1 et 2 sont reportées en raison de la pandémie de COVID-19 ; un avis sera fourni sur la reprise des réunions », a déclaré Mme. Sims à la SNA.

Les nouvelles aires protégées sont divisées en deux zones. Il existe des zones de haute protection de la biodiversité (zone 1) où presque aucune activité humaine d'extraction n'est autorisée. Ces zones de la zone 1 comprennent l'un des habitats les plus importants du monde sur le plan écologique, les eaux autour du groupe Aldabra - un site du patrimoine de l'UNESCO.

C'est là que se trouvent les seuls dugongs de l'océan Indien, le deuxième plus grand atoll surélevé du monde, des populations régionales importantes d'oiseaux de mer et des tortues en danger critique d'extinction. Il se trouve sur les routes migratoires pour le vêlage des baleines à bosse de l'océan Austral et comprend les densités de poissons les plus élevées des Seychelles.

Il existe également des zones de protection de la biodiversité moyenne et d'utilisation durable (zone 2), conçues pour conserver les écosystèmes naturels tout en autorisant certaines activités économiques, notamment la pêche, les charters touristiques, les énergies renouvelables et autres. De nouvelles conditions importantes réglementeront les entreprises opérant dans ces régions. Les activités sont autorisées afin que ces entreprises économiquement importantes continuent de disposer des ressources marines dont elles dépendent.

La désignation des zones de protection marine et la rédaction des « activités autorisées » sont perçues comme étant ce qui peut être considéré comme le processus de consultation le plus complet du genre dans le pays avec plus de 50 ateliers. Il s'agissait de garantir que le plus grand nombre et la plus grande diversité de personnes, d'entreprises et d'institutions fournissent des informations et des contributions, et finalement leur soutien, à la planification.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.